Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 10/10/2019 20h00

Transcription

Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : de violents affrontements dans le nord de la Syrie. Au lendemain du déclenchement de l’offensive de la Turquie, les forces kurdes affirment avoir repoussé un assaut terrestre d’Ankara. Les pays européens du Conseil de sécurité de l’ONU appellent à un arrêt de l’action militaire.

SB : L’un des hommes les plus puissants d’Indonésie, victime d’une attaque au couteau. Il s’agit du ministre de la Sécurité, grièvement blessé, mais ses jours ne sont pas en danger. Selon les autorités, les assaillants sont des membres d’une organisation liée au groupe État islamique.

RA : Et puis deux prix Nobel de littérature. Après un report d’un an, la lauréate de l’édition 2018 est l’écrivaine polonaise Olga Tokarczuk. L’Autrichien Peter Handke est le vainqueur de l’édition 2019.

------

SB : L’heure est aux combats dans le nord de la Syrie.

RA : Au lendemain du lancement par la Turquie d’une offensive dans cette zone frontalière. « De violents affrontements se déroulent », affirment les Forces démocratiques syriennes, auxquelles appartiennent les Kurdes des YPG qui sont combattus par Ankara. Les forces kurdes qui annoncent avoir repoussé un assaut terrestre des soldats turcs. Et ils affirment être déterminés à défendre leur territoire. Écoutez le témoignage du porte-parole de ces forces kurdes, Mervan Qamishlou.

« Les bombardements turcs ciblent l’ensemble de la frontière syro-turque de la ville de Derrik à l’est à Kobané à l’ouest. C’est un territoire qui s’étend sur 450 km. Les raids aériens turcs sont menés à la fois par des avions de combat et par des drones. L’armée turque a également recours à des tirs de missiles de longues portées, des tirs de chars d’assaut, d’obus et d’artillerie. Nous concernant, nous forces kurdes, que ce soient les forces démocratiques syriennes FDS ou les YPG, et bien nous faisons preuve de résistance face à cette offensive barbare menée par la Turquie et ses mercenaires. Il y a des affrontements le long de la frontière entre les deux pays. Les Turcs tentent de prendre certaines positions près des villages de Tel Abyad et de Ras el Ein, mais nous tenons nos lignes pour le moment. Et nous aussi nous parvenons à mener des tirs d’artillerie. Nous avons bombardé des positions en territoire turc ».

RA : Le porte-parole des forces kurdes au téléphone de Sami Boukhelifa. 
Le bilan de la journée, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme 11 villages ont été conquis par les forces turques. Les Turcs qui annoncent que six civils ont été tués et plusieurs dizaines d’autres blessés par des roquettes tirées par les Kurdes. Et puis les combats qui provoquent déjà la fuite de plusieurs milliers de personnes, au moins 60mille depuis hier selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

SB : Et face à cette situation, les critiques de la communauté internationale.

RA : Critiques qui se traduisent par des actes. L’ambassadeur de Turquie en France a été convoqué cet après-midi au ministère des Affaires étrangères. La Norvège, pas de l’OTAN, a décidé de suspendre toute nouvelle exportation d’armes vers la Turquie. L’offensive d’Ankara qui était au menu d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU, au cours de laquelle les Européens ont exigé l’arrêt de l’action militaire. Et puis les regards restent également tournés vers les États-Unis, puisque l’offensive turque a été favorisée par la décision de Donald Trump de retirer les troupes américaines du nord de la Syrie. Le Président américain qui doit maintenant affronter de son propre camp. Et c’est le sénateur Lindsey Graham, un fidèle parmi les fidèles, qui mène la fronde. Correspondance à Washington d’Anne Corpet.

Très actif sur Twitter depuis le début de la semaine Lindsey Graham implore ce jeudi Donald Trump de rétablir une zone de sécurité en Syrie pour protéger les Kurdes et empêcher la résurgence de l’État Islamique. Il retweete d’ailleurs un message du Premier ministre israélien, proche allié du président, qui condamne lui aussi l’intervention turque. Le sénateur n’est pas le seul à essayer de faire revenir Donald Trump sur sa décision. D’autres élus républicains n’hésitent pas à exprimer leur mécontentement. Les évangéliques protestent aussi contre le retrait des troupes. « Le président des États-Unis risque fort de perdre sa place au paradis » a ainsi déclaré Pat Roberson, un influent télévangéliste. Même chez Fox and Friends une émission habituellement acquise à Donald Trump, un journaliste a parlé de décision désastreuse. Mais le président semble prendre tout cela avec philosophie. Il sait que la politique étrangère n’est pas un sujet qui préoccupe son électorat, plus soucieux de le voir remplir ses promesses. Or le retour des soldats américains est un engagement de campagne. Donald Trump se vantera sans doute ce soir de l’avoir tenu, lors d’un grand meeting prévu dans le Minnesota. Anne Corpet, Washington, RFI.

SB : En Indonésie l’un des hommes les plus puissants du pays grièvement blessé lors d’une attaque au couteau.

RA : C’est un fait sans précédent, Wiranto c’est le nom de cet homme ministre indonésien de la Sécurité âgé de 72 ans, a été victime de cette attaque lors d’un déplacement dans l’ouest du pays. Les assaillants sont un homme et une femme qui ont tous deux été arrêtés par la police. Ils sont membres d’une organisation liée au groupe État islamique affirment les autorités. C’est une attaque qui intervient à une semaine de l’investiture du Président indonésien Joko Widodo, qui a été réélu en avril pour un second mandat. Jelena Tomic.

Wiranto a été grièvement blessé au moment de sa sortie d’un véhicule. Les assaillants, un homme de 31 ans et une femme de 21 ans habillée d’un niqab sombre couvrant son visage ont réussi à s’approcher du ministre, l’homme a frappé Wiranto avec un couteau, la femme s’est quand a elle battue avec la police, selon les témoins et une vidéo amateur tournée sur les lieux et largement diffusée sur les réseaux sociaux. Le président Joko Widodo a demandé aux Indonésiens de « lutter ensemble contre le radicalisme et le terrorisme ». Et de fait, d’après les services de renseignement, le couple qui était marié appartenait au Jamaah Ansharut Daulah, un groupe qui avait prêté allégeance à l’organisation État islamique. Ce mouvement extrémiste islamiste est responsable de plusieurs attaques armées et attentats suicide à Jakarta notamment. En mai 2018 les terroristes ont pris pour cible plusieurs églises à Surabaya, la deuxième plus grande ville du pays, faisant une vingtaine de victimes. Le ministre Wiranto, 72 ans a été transféré par hélicoptère dans un hôpital de la capitale, ses jours ne seraient pas en danger.

RA : «Monsieur Wiranto est conscient, mais doit subir une intervention chirurgicale », indique le président indonésien Joko Widodo.

SB : En France Emmanuel Macron fait part de son incompréhension.

RA : Le chef de l’État réagissait au rejet de la candidature de Sylvie Goulard au poste de Commissaire européen. Rejet qui constitue une première pour la France et un échec pour Emmanuel Macron. Les eurodéputés évoquent des raisons éthiques pour justifier leur choix, car l’ancienne ministre des Armées est sous le coup d’une enquête judiciaire pour des emplois présumés fictifs d’assistants au parlement européen.

SB : Enfin non pas un, mais deux prix Nobel de littérature remis aujourd’hui.

RA : Oui, car celui qui devait été décerné l’an dernier ne l’a pas été, suite à un scandale d’agressions sexuelles touchant le comité du prix Nobel. Le vainqueur de l’édition 2018 s’appelle donc Olga Tokarczuk, c’est une écrivaine polonaise considérée comme l’une des intellectuelles majeures de son pays. Et le lauréat de l’édition 2019 est l’Autrichien Peter Handke, considéré comme l’héritier du poète allemand Goethe, mais un homme également controversé, car il avait soutenu le dirigeant serbe Slobodan Milosevic, condamné pour crimes contre l’humanité. En tout cas voilà deux décisions qui ont rassuré les observateurs présents à Stockholm où les prix Nobels ont été décernés. Et où se trouve pour RFI Frédéric Faux.

« Le prix Nobel de littérature 2019 est attribué à Peter Handke… » Pas de sifflets ni d’exclamations lors de l’annonce exceptionnelle des deux lauréats du prix Nobel de littérature. Après les scandales qui avaient empêché l’attribution du prix l’année dernière – des affaires de viol et de conflits d’intérêts - la majorité des journalistes et des critiques présents dans la salle des fêtes de l’Académie suédoise soulignait la sagesse de ces choix. Un homme, et une femme, ce qui était attendu. Un profil plutôt controversé, mais dont la qualité littéraire est reconnue dans le monde entier, celui de Peter Handke. Et une auteur plus jeune, Olga Tokarczuk, engagée politiquement à gauche, écologiste et féministe. Yukiko Duke est critique au Svenska Dagbladet. « Cela fait longtemps que Peter Handke était sur la liste des Nobel, mais il ne pouvait pas l’avoir à cause de ses positions politiques. Ce choix pour le Nobel n’est pas politiquement correct, mais Olga Tokarczuk l’est ! Je crois que c’est un choix très équilibré. La crise de l’année dernière a finalement été bonne pour l’Académie. Beaucoup de douleurs, et de luttes, mais elle est sur la bonne voie. » Pour la première fois dans son histoire, l’Académie suédoise s’est fait aider dans son travail par un comité de cinq critiques suédois, qui devraient aussi intervenir dans le choix du Nobel 2020. Frédéric Faux, Stockholm, RFI.

RA : Et prochain prix Nobel décerné, demain vendredi, le plus attendu : le Nobel de la paix. La saison des Nobel qui s’achèvera lundi avec l’économie. Fin de ce Journal en français facile.

Article publié le 10/10/2019

RFI - Radio France Internationale