Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 30/10/2019 20h00

Transcription

Fanny Bleichner : Vous écoutez RFi il est 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir et bienvenue dans cette nouvelle édition du Journal en français facile. Pour m’accompagner ce soir, Sébastien Duhamel, bonsoir Sébastien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir Fanny, bonsoir à toutes et à tous.

FB : À la une de l’actualité : la décision du président chilien. Le pays renonce à organiser deux sommets internationaux, dont la conférence de l’ONU sur le climat prévue en décembre en raison de la crise sociale que traverse le pays. 
Des affrontements ont lieu en Syrie et ce alors que le président turc a annoncé que des patrouilles conjointes avec la Russie commenceraient vendredi dans la zone frontalière après le retrait des forces kurdes.
La Commission européenne a ouvert mercredi une enquête sur le rachat des Chantiers de l’Atlantique par l’italien Fincantieri. Cela risquerait de nuire à la concurrence dans la construction navale.
Nous parlerons également tennis avec le Masters 1000 de Paris-Bercy.

------

SD : L’annonce a été faite aujourd’hui. Le Chili renonce à organiser la COP25 et le sommet de l’APEC.

FB : C’est à dire la conférence mondiale sur le climat et la Coopération économique Asie-Pacifique. En cause : le mouvement de contestation qui secoue le pays depuis maintenant 12 jours. Les manifestations contre les inégalités ont été émaillées de violences et provoqué la mort de 18 personnes. Et le remaniement du gouvernement lundi ne semble pas avoir apaisé les tensions. C’est le président chilien Sebastian Pinera lui-même qui a fait l’annonce ce mercredi. On l’écoute.

« Notre gouvernement, avec un profond sentiment de douleur, parce que c’est douloureux pour le Chili, a décidé de ne pas organiser le sommet de l’Apec, prévu au mois de novembre ni celui de la COP, prévu au mois de décembre. Nous déplorons et nous regrettons profondément les problèmes et les désagréments que cette décision induit, tant pour l’APEC que pour la COP. Mais en tant que président de tous les Chiliens, je me dois de toujours donner priorité aux problèmes et aux intérêts des Chiliens, à leurs besoins, à leurs aspirations et à leurs espoirs ».

FB : Sebastian Pinera, le président chilien.

SD : En Irak aussi un mouvement de contestation, en une semaine au moins 100 personnes ont été tuées et 5 500 blessées.

FB : Ce sont les chiffres de la Commission gouvernementale des droits de l’Homme. Les partenaires du Premier ministre irakien au Parlement négocient ce mercredi sa démission alors que les manifestants exigent toujours la chute du régime. Le couvre-feu décrété à Bagdad n’a pas été respecté ces deux dernières nuits et de nombreuses personnes se sont de nouveau réunies sur la place Tahrir.

SD : En Syrie, les forces kurdes tentent de résister à l’offensive turque.

FB : Des patrouilles conjointes entre les armées russes et turques doivent débuter vendredi dans la zone gagnée par Ankara. Moscou a confirmé hier le retrait de toutes les forces kurdes dans un périmètre dit de sécurité vis-à-vis de la frontière turque. Mais depuis l’annonce de la trêve, des accrochages intermittents ont eu lieu, de nouveaux affrontements seraient même en cours dans la localité de Tall Tamr. Les précisions d’Eliott Brachet.

Un site d’information kurde affirme que des forces turques et leurs supplétifs syriens auraient attaqué plusieurs villages autour de la zone dite de sécurité établie par les Turcs suite à l’offensive baptisée « Source de paix ». Une zone de 32 kilomètres de profondeur, le long de la frontière turque, dont les forces kurdes se seraient retirées, c’est en tous cas ce qu’a affirmé Moscou.Or, le village de Tall Tamr se situe à moins de 32 kilomètres de la frontière. La Turquie pourrait donc avoir l’ambition de prendre cette localité, tout en respectant l’accord avec Moscou. D’ailleurs les militaires russes qui patrouillent dans la zone ne seraient pas intervenus dans ces combats. Des images tournées par une agence de presse kurde montrent des panaches de fumée noire au-dessus de Tall-Tamr, des pneus brûlés et des barils de pétrole incendiés pour compliquer le survol de drones turcs. Une autre source kurde indique que les soldats du régime syrien se seraient retirés de certains postes militaires en bordure de la zone occupée par les Turcs. Le porte-parole des Forces Démocratiques Syriennes affirme, lui, que des milliers de civils ont pris la fuite, vers les localités de Qamishli et de Hasake, revenues sous le contrôle du régime.

FB : Elliot Brachet.

SD : Les recherches ont repris au Cameroun, au lendemain du glissement de terrain dans l’ouest du pays, à Bafoussam.

FB : Hier 42 personnes sont mortes dont 26 enfants lorsqu’une partie de la colline s’était effondrée après deux journées consécutives de précipitations torrentielles. Aucun nouveau corps n’a été sorti des décombres aujourd’hui.

SD : Les risques d’un Brexit sans accord ne sont pas écartés... C’est la mise en garde ce mercredi de Michel Barnier.

FB : Le négociateur en chef des Européens invite les États membres à ne pas relâcher leurs efforts, car une telle situation pourrait se produire. Ce début de semaine la nouvelle date butoir a été fixée à fin janvier 2020 et les députés britanniques ont voté en faveur d’élections générales anticipées le 12 décembre prochain.

SD : Europe toujours et l’UE a décidé d’ouvrir une enquête sur le projet d’acquisition des Chantiers de l’atlantique par l’italien Fincantieri.

FB : Bruxelles estime que cette opération va à l’encontre de la concurrence sur le marché mondial de la construction de navires de croisière. Les explications d’Anieshka Koumor.

Pour la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, le rachat des Chantiers de l’Atlantique se fera au détriment des millions d’Européens qui partent en croisière chaque année. Pour elle, cela risque d’entraîner une hausse des prix, une réduction des choix et une moindre incitation du secteur à innover. Il est peu vraisemblable qu’un nouvel acteur puisse faire son entrée sur ce marché en temps utile et de manière crédible afin de compenser les éventuels effets négatifs de l’opération, précise-t-elle dans le communiqué. La reprise des Chantiers de l’Atlantique (ancien STX France) à Saint-Nazaire a fait l’objet d’un bras de fer entre la France et l’Italie. Un accord a finalement été conclu en septembre 2017. Le groupe transalpin prenait 50 % du capital et Paris acceptait de lui prêter 1 % des parts pour lui permettre de prendre le contrôle opérationnel de la compagnie. Un accord conclu sous conditions d’engagements sur l’emploi, la gouvernance et la propriété intellectuelle. C’était sans compter l’autorité européenne de la concurrence. Bruxelles a jusqu’au 17 mars pour rendre les conclusions de son enquête. 

FB : Anieshka Koumor du service économie de RFI.

SD : Dans le sud-ouest de la France, l’homme suspecté d’avoir gravement blessé deux hommes lundi devant la mosquée de Bayonne en leur tirant dessus a été mis en examen.

FB : La responsabilité pénale de l’homme de 84 ans est engagée et même si une expertise montre qu’il souffre de certains troubles psychiques. Il a dit aux enquêteurs avoir voulu incendier la mosquée de Bayonne pour « venger la destruction de la cathédrale de Paris », qu’il attribue aux musulmans. L’homme a été placé en détention provisoire.

SD : Et c’est dans ce contexte de tensions qu’Emmanuel Macron a décidé de s’exprimer dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles.

FB : Un journal très à droite. Le président y parle immigration, communautarisme ou encore port du voile. L’interview a été réalisée à son retour de la Réunion la semaine dernière - avant donc l’attaque contre la Mosquée de Bayonne -,  mais l’Élysée assume le choix de ce support.

SD : Emmanuel Macron qui s’est rendu en fin de journée dans l’ouest de la France à Rouen.

FB : Le 26 septembre dernier, l’usine chimique Lubrizol était victime d’un violent incendie. Au total, plus de 95 000 tonnes de produits, en majorité chimique, ont brûlé. Le président assure qu’il n’y a pas eu de « défaillance des services de l’état ». Sur place l’inquiétude reste forte quant au possible impact environnemental. 

SD : L’actualité de ce mercredi c’est aussi la suite du tennis avec le Masters 1000 de Paris Bercy.

FB : 3e jour du tournoi, que vous suivez pour nous en direct Olivier Pron. Et ce moment Olivier c’est le Français Adrian Mannarino qui affronte l’espagnol Rafael Nadal.

[Transcription manquante]

FB : Olivier Pron en direct du Masters 1000 de Paris Bercy.

Article publié le 30/10/2019

RFI - Radio France Internationale