Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 03/08/2020 20h00

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 6h à Melbourne, l'heure de votre Journal en français facile. Et pour m'accompagner ce soir, Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Aurélien, bonsoir à tous.

AD : Reconfinement aux Philippines, couvre-feu et fermeture des commerces non essentiels à Melbourne en Australie. Les retours en arrière se multiplient à mesure que progresse la pandémie de Covid-19. Et cela pourrait durer, avertit l'OMS, plutôt pessimiste sur une solution rapide.

SB : En France, un nombre croissant de villes instaure le port du masque obligatoire en extérieur. C'est le cas à Lille où s'est rendu ce lundi Jean Castex. Reportage dans cette édition.

AD : 20 heures de combat et au moins 29 morts, c'est le bilan de l'attaque menée par le groupe État islamique contre la prison de Jalalabad en Afghanistan entre hier et aujourd'hui. Nous y reviendrons.

SB : Les autorités italiennes ont inauguré ce lundi le nouveau viaduc de Gênes, moins de deux ans après l'effondrement du pont Morandi. Une cérémonie que les familles des victimes de l'accident ont décidé de boycotter.

-----

SB : La respiration aura duré deux mois aux Philippines, mais la flambée des cas de Covid-19 ces dernières semaines ne laisse guère le choix au président Duterte.

AD : La capitale Manille, et quatre provinces environnantes, soit 27 millions de personnes, vont être à nouveau confinées à partir de demain et pour deux semaines. À Melbourne en Australie, c'est pour six semaines que les commerces et administrations non essentiels vont devoir refermer leurs portes en raison des centaines de nouveaux cas quotidiens enregistrés. Le nombre de contaminations a lui franchi les 18 millions sur la planète et si le monde entier est suspendu à l'espoir de l'arrivée rapide d'un vaccin, l'Organisation mondiale de la Santé n'est guère optimiste, n’est pas optimiste. Pour son directeur général Tedros Ghebreyesus, la première et principale solution pour maîtriser l'épidémie est d'appliquer rigoureusement les mesures de prévention :

« Un certain nombre de vaccins sont actuellement en phase 3 d'essais cliniques, et nous espérons tous disposer d'un certain nombre de vaccins efficaces qui peuvent aider à prévenir l'infection. Cependant, il n'y a pas de solution miracle pour le moment, et il n'y en aura peut-être jamais. Pour l'instant, afin de contenir les flambées du Covid-19, il faut revenir aux principes de base de la santé publique et du contrôle des maladies : tester, isoler et traiter les patients, rechercher et mettre en quarantaine leurs contacts. Faites tout cela. Nous devons informer, responsabiliser et écouter les populations : faites tout cela ! Quant aux particuliers, ils doivent maintenir la distanciation physique, porter un masque, se laver les mains régulièrement et rester en toute sécurité loin des autres. Faites tout cela. Le message aux citoyens et aux gouvernements est clair : faites tout cela ! »

AD : Le directeur général de l'OMS Tedros Ghebreyesus. Propos recueillis par Perrine Juan.

SB : En France, c'est le port du masque obligatoire à l'extérieur qui est en train de s'étendre. Plusieurs villes du pays ont franchi le pas ces derniers jours en Bretagne notamment, mais aussi à Biarritz, Nice, Chamonix ainsi qu'à Lille.

AD : Lille où s'est rendu aujourd'hui Jean Castex. Le Premier ministre français appelle à ne pas baisser la garde, à ne pas faiblir, face à la menace du coronavirus, pour éviter un reconfinement généralisé. Masque obligatoire donc dans de nombreux espaces publics extérieurs de Lille, mais au parc de la Citadelle, non loin du centre-ville, cette mesure ne fait pas l’unanimité. Le reportage d'Alexis Bédu.

Pour sa marche hebdomadaire dans le plus grand parc lillois, Françoise porte le masque sous le nez, elle n’apprécie pas cette nouvelle obligation : « C’est débile. Surtout ici, pendant les vacances, il y a très peu de monde. Regardez un peu le monde qu’il y a ici. C’est extraordinaire, on dirait la braderie. » Cette Lilloise fait de l’ironie. En effet très peu de monde dans le parc ce lundi matin. Danièle a tout de même pris sa canne de randonneuse, elle ne comprend pas cette mesure : « Dans les grandes surfaces, dans les endroits clos, je veux bien, mais en plein air c’est contraignant, parce qu’en fin de compte, on a vraiment du mal à respirer avec ça. » Ça n’a pas empêché Clément d’aller faire ses 45 minutes de footing avec le masque bien entendu : « On manque un peur d’air et surtout c’est toujours un peu le même air que l’on respire parce qu’il est coincé dans le masque entre guillemets. Ce n’est pas évident, mais c’est la règle. Je pense qu’ils le font surtout pour les soirs, les samedis après-midi. C’est sûr que moi j’y passe parfois, de l’autre côté je regarde, il y a tellement de monde le samedi après-midi qui passe, c’est logique qu’il faille un port du masque, mais pour courir à 8h du matin, c’est vrai que ça parait moins utile. » Autre difficulté : les délimitations de secteurs avec ou sans port du masque obligatoire. Les Lillois vont devoir s’imprégner de cette nouvelle carte de leur ville. Alexis Bédu, Lille, RFI.

SB : La France où le laboratoire pharmaceutique Sanofi a été mis en examen pour « homicides involontaires ».

AD : Le groupe est accusé d'avoir pendant des années commercialisé un médicament, la Dépakine, ayant entraîné des malformations congénitales sur des milliers d'enfants, ainsi que la mort de certains d'entre eux. Sanofi était déjà poursuivi dans ce dossier pour blessures involontaires et tromperie aggravée.

SB : En Algérie, début ce lundi du procès du journaliste Khaled Drareni.

AD : Incarcéré depuis plus de quatre mois, il est poursuivi pour « incitation à un attroupement non armé et atteinte à l'intégrité du territoire nationale » après avoir couvert une manifestation du Hirak. Le parquet a requis quatre ans de prison ferme contre le correspondant de la chaîne TV5 Monde.

SB : En Syrie, au moins 18 combattants ont péri aujourd'hui lors d'affrontements entre forces pro-régime et groupes jihadistes dans la région d'Idleb.

AD : Quatre personnes ont également été tuées par l'armée israélienne dans la région du Golan, occupée par l'État hébreu. Israël affirme que les suspects étaient en train de poser des explosifs. Des tensions se poursuivraient également à la frontière israélo-libanaise.

SB : Au moins 29 morts et une cinquantaine de blessés, c’est le bilan de l’attaque d’envergure lancée dimanche soir par des combattants du groupe État Islamique en Afghanistan.

AD : Ils ont donné l'assaut sur la prison de Jalalabad, dans l’est du pays, où sont détenus de nombreux de leurs membres. L'attaque a eu lieu aux dernières heures d’un cessez-le-feu de trois jours globalement respecté entre talibans et forces afghanes pour l’Aïd. Une trêve dont Daesh n’était pas partie prenante. Les précisions de Jelena Tomic.

Les combats entre l’armée afghane et les assaillants de l’EI ont duré près de 20 heures. Dimanche soir, une voiture piégée explose devant l’entrée de la prison de Jalalabad. Depuis un marché voisin, des attaquants lourdement armés ouvrent le feu sur les gardiens de la prison. Certains assaillants réussissent à pénétrer à l’intérieur du bâtiment de cinq étages où ils se retranchent. Les affrontements dureront toute la nuit. Sur plus de 1 700 prisonniers que compte l’établissement pénitentiaire, en majorité des combattants talibans et de l’EI, 1 000 ont tenté de prendre la fuite. La plupart ont été rattrapé par les forces afghanes, mais environ 300 détenus manqueraient toujours à l’appel, selon le gouverneur de la province de Nangarhar. Le raid revendiqué par le groupe État Islamique survient au lendemain de l’annonce par Kaboul de la mort d’Assadullah Orakzai, un haut responsable de l’EI tué lors d’une opération sécuritaire près de Jalalabad. Orakzai aurait été impliqué dans plusieurs attaques meurtrières contre les forces armées afghanes.

SB : Jelena Tomic

Il était l'un des grands artisans du processus de paix en Irlande du Nord et avait d'ailleurs reçu le prix Nobel en 1998 pour ses efforts.

AD : L'ancien dirigeant catholique nationaliste John Hume est mort ce matin à l'âge de 83 ans. Aux côtés du leader protestant David Trimble, il avait permis de conclure les accords de paix du Vendredi Saint.

En Italie, les autorités ont inauguré ce lundi le nouveau viaduc de Gênes, un peu moins de deux ans après l’effondrement du pont Morandi. Une cérémonie à laquelle les familles des 43 personnes décédées dans l'accident n'ont pas participé. Massimiliano Braibanti est président d'une association qui regroupe des habitants et des entreprises des quartiers voisins. Il estime que l'ouverture de ce pont est fondamentale pour la ville, mais lui non plus il n'a pas souhaité être présent :

« Ce pont-là s'est effondré en raison de négligences et d'une mauvaise gestion et donc en raison de fautes humaines. On ne parle pas de l'écroulement d'un pont lié à un événement exceptionnel. Ce pont ne devait pas s'effondrer, et ne devait pas emporter la vie de 43 personnes. Ces 43 personnes ont des proches qui éprouvent de la douleur chaque fois qu'ils voient le pont. Nous estimons donc qu'il fallait reconstruire le pont, c'était la moindre des choses, et simplement l'ouvrir à la circulation. On s'aligne sur la position des familles des victimes et on dit qu'il n'y a rien à fêter dans la réalisation de cette œuvre publique. »

AD : Il est 22h10 à Paris. Merci Sylvie Berruet de m'avoir accompagné. Et merci à vous de nous avoir écouté. Excellente soirée sur RFI.

Article publié le 03/08/2020

RFI - Radio France Internationale