Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 09/06/2020 20h00

Transcription

Jérôme Bastion : Bienvenue sur Radio France internationale, il est 22h à Paris, 20h en temps universel, et c’est l’heure de votre Journal en français facile ! Et à la Une de l’actualité de ce mardi 9 juin :
- les obsèques de l’Afro-Américain George Floyd, victime du racisme policier il y a 15 jours à Minneapolis, se déroulent actuellement à Houston, au Texas, point d’orgue d’une mobilisation devenue mondiale et d’une prise de conscience qui prend un tour politique. 
- la disparition du Président sortant Pierre Nkurunziza mort d’un arrêt cardiaque à 55 ans après avoir été hospitalisé le week-end dernier, et quelques semaines à peine avant de passer la main à son successeur élu le 20 mai dernier.
- et puis nous reviendrons sur la libération surprise, au Bahreïn, du célèbre opposant et militant des Droits de l’Homme Nabil Rajab, qui était emprisonné depuis 4 ans pour de simples tweets critiques du gouvernement.

------

JB : Des larmes et des slogans antiracistes : les funérailles de George Floyd, tué il y a tout juste 15 jours par un policier à Minneapolis, se déroulent en ce moment même dans une église de Houston, la ville où il avait grandi. Signe de l’importance politique qu’a prise sa mort brutale et très médiatisée, Joe Biden, le candidat démocrate à la prochaine présidentielle, est intervenu pendant la cérémonie, par vidéo interposée. Il s’y adresse directement à la fille de Georges Floyd, qu’il a rencontré la veille lors d’une visite à Houston. Voici un extrait du discours du candidat démocrate où il s’adresse à la petite Gianna, âgée de six ans.

« Je sais que tu te poses beaucoup de questions ma chérie. Aucun enfant ne devrait avoir à se poser ces questions que trop d’enfants noirs en Amérique ont dû se poser depuis des générations : pourquoi ? Pourquoi papa est parti ? J’essaye de regarder avec tes yeux et nous devrions tous nous interroger : pourquoi est-ce que la réponse est si souvent si froide et si douloureuse ? Pourquoi dans cette nation trop d’Américains noirs se réveillent chaque jour en sachant qu’ils peuvent perdre leur vie simplement parce qu’ils vivent leur vie ? Pourquoi ? Mesdames et messieurs, nous ne pouvons pas tourner le dos, nous ne devons pas tourner le dos. Nous ne pouvons pas vivre ce moment en pensant nous allons détourner notre attention de ce racisme, de ces abus systémiques qui rythment encore la vie américaine. Le temps de la justice raciale est venu. C’est la réponse que nous devons donner à nos enfants quand ils demandent pourquoi. Parce que quand il y aura de la justice pour Georges Floyd, nous serons alors sur le chemin de la justice raciale en Amérique et alors, comme je te l’ai dit Gianna, ton père aura changé le monde. Dieu vous bénisse. »

JB : Et puis à l’occasion de ces obsèques, le pasteur Al Sharpton a regretté que le Président Donald Trump n’ait « pas eu un mot » pour le calvaire de George Floyd. Au même moment où se déroulent ces obsèques de Georges Floyd aux États-Unis, des rassemblements se tiennent également dans plusieurs villes de France. À Paris, par exemple, 2400 personnes étaient réunies place de la république. Une façon de lui rendre hommage. Alexis Bédu.

Ce n’est pas la marée humaine de la semaine dernière, mais tout de même. Beaucoup de jeunes dans la foule. Des noirs, des blancs venus saluer la mémoire de Georges Floyd. Tous ont été très marqués par les images de l’arrestation de l’homme de 46 ans. Tous témoignent d’ailleurs de la même chose. Ce qu’il se passe aux États-Unis, les violences policières, le racisme, le contrôle au faciès selon la couleur de peau. Ils le vivent. Ils le voient au quotidien. Ici en France. La foule observe huit minutes de recueillement un genou posé sur le bitume de la place. Les pancartes « je ne peux plus respirer » et « plus jamais ça » tendues vers le ciel. Puis les prises de paroles s’enchaînent. La chanteuse Camélia Jordana passe sur l’estrade. C’est elle qui avait lancé une première alerte il y a quelques semaines sur un plateau de télévision exprimant sa peur de la police. Beaucoup d’hommes et de femmes politiques de gauche étaient également présents pour un rassemblement à la tonalité différente de celui de la semaine dernière. Le message lui reste pourtant le même. Contre le racisme. Contre les violences policières et pour l’égalité entre être humain. 

JB : On connaissait le seuil de pauvreté, mais l’observatoire (français) des inégalités vient de créer un nouvel indicateur qui est le seuil de richesse. Objectif : avoir un outil d’étude précis et donner à réfléchir sur la répartition des richesses dans le pays. Bilan des courses : en France, 5 millions de personnes vivent en France au-dessus de ce seuil. Mais à quoi correspond-il ? Les précisions de Pauline Gleize.

L’observatoire des inégalités a fixé son seuil de richesse à 3 740 euros par mois après impôt pour une personne seule. Cela correspond au double du revenu médian en France, une jauge un peu supérieure à celle qui permet à l’Insee de qualifier les personnes « d’aisées ». Un couple avec deux enfants franchit ce seuil de richesse à près de 7 300 euros. Au total, un peu plus de 8 % de la population française est riche selon ces critères. C’est équivalent à la part de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté. Presque autant de riches que de pauvres, mais 10 % des plus aisés se partagent un quart de l’ensemble des revenus après impôts. D’ailleurs, l’observatoire souligne que malgré sa politique fiscale, la France semble plaire aux très riches. Même après impôts, le 1 % le plus aisé du pays est plus riche que dans les autres États européens, exception faite de la Suisse ! L’observatoire des inégalités s’est aussi penché sur la fortune en patrimoine, il a établi son seuil de richesse à 490 000 euros, le triple du patrimoine médian. Plus de 4 millions et demi de ménage en possèdent davantage. Alors qui sont ces riches ? Les plus de 50 ans sont très largement majoritaires. Ils sont cadres supérieurs, juristes, médecins, conseillers financiers ou encore chefs d’entreprises. Parmi les 10 % les plus riches, un tiers vit en région parisienne.

JB : L’année 2020 s’annonce comme une année noire sur le plan économique, on le savait. Dans ses projections macro-économiques, la Banque de France prédit pour cette année une récession inédite de 10 %, une envolée du chômage, et une augmentation de la dette jusqu’à 120 %

Article publié le 09/06/2020

RFI - Radio France Internationale