Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 09/12/2020 20h00

Transcription

Vous écoutez RFI il est 21h à Paris, 20h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. À la une ce soir : vers un accord sur le budget européen. La Pologne et la Hongrie seraient prêts à ne plus s'opposer à ce projet qui comporte notamment le plan de relance suite à la pandémie de coronavirus.

Le Covid et une « croisière vers nulle part » au large de Singapour. Une personne a été testée positive parmi les 3000 passagers à bord. Détails dans un instant.

Et puis en France Jean Castex présente le projet de loi contre le séparatisme. Ce texte est censé lutter contre l'islamisme radical. Le Chef du gouvernement s'est exprimé entouré de quatre ministres.

-----

RA : C'était un veto aux conséquences très importantes. (Mettre son véto c'est s'opposer à quelque chose.) Le mois dernier la Hongrie et la Pologne avaient mis leur véto au projet de budget européen comportant le plan de relance décidé suite à la pandémie de coronavirus. Un texte donc capital mais auquel s'étaient opposés Budapest et Varsovie car il conditionnait le versement de fonds européens, au respect de l'état de droit. Et cela ne plaisait pas aux deux pays qui ont donc bloqué le texte. Mais ils semblent revenir sur leur décision : en effet l'Allemagne, qui assure encore la Présidence de l'Union européenne, leur a fait une proposition de compromis intéressante. Précisions à Bruxelles de Pierre Bénazet.

Pour débloquer les plus de dix-huit cents milliards d’euros du budget septennal et du plan de relance, le compromis proposé par l’Allemagne offre deux outils principaux. Le premier porte sur le fond, c’est la mise en place d’un frein d’urgence : quand un pays est menacé de sanctions financières pour manquements à l’état de droit, il peut porter la question pour un débat devant le conseil européen. Le second volet de la proposition est un calendrier. On garde le vote à la majorité pour enclencher des sanctions mais on ne l’applique pas encore : on attend que la cour de justice de l’UE à Luxembourg rende son avis sur ce mécanisme de l’état de droit. Le temps que la cour se prononce on sera en 2022, année électorale en Hongrie, ce qui donne donc un délai bien utile à Viktor Orbán. La menace d’un plan de relance financé à part par les vingt-cinq autres, la crainte de ne pas pouvoir bénéficier des financements prévus par le budget ou le plan de relance, voilà selon les observateurs ce qui pousse les deux pays à lever leur veto. Le compromis franco-allemand doit encore recevoir l’aval de l’ensemble des 27 lors du sommet européen ce jeudi et l’espoir ici est donc qu’il parvienne à obtenir aussi le feu vert des pays du Nord, particulièrement inflexibles sur les questions budgétaires. Pierre Benazet Bruxelles RFI.

RA : À Bruxelles où se tient actuellement un dîner crucial pour tenter de trouver un accord sur l'après Brexit. Dîner entre le Premier ministre Boris Johnson et la présidente de la Commission européennes Ursula von der Leyen, tous entourés d'une dizaine de personnes. Il s'agit de définir la future relation entre Londres et Bruxelles après le 31 décembre, soit après la période de transition du Brexit.

Également en Europe la pandémie de coronavirus. Et cette annonce aujourd'hui de l'Agence européenne du médicament qui affirme avoir été victime d'une cyberattaque. Une enquête est en cours, il faut savoir que cette agence délivre des autorisations de vaccins contre le Covid.

Parmi les autres nouvelles du jour liées au coronavirus, le Canada qui donne son feu vert au vaccin de l'alliance Pfizer/BioNTech. Le Canada devient donc le troisième pays, après le Royaume-Uni et Bahreïn à autoriser ce vaccin, et la campagne de vaccination pourrait débuter dans les prochains jours.

Et puis ce nom vous dit peut-être quelque chose : le Diamond Princess (en français la princesse de diamant.) C'est le nom d'un bateau de croisière japonais qui avait dû être immobilisé plusieurs semaines en mer (il était à l'arrêt) après la découverte de plusieurs cas positifs de coronavirus. Près d'un an plus tard il semble arriver la même mésaventure aux passagers d'un paquebot de Singapour, un cas positif a été signalé parmi les 3 000 personnes à bord. Les précisions de notre correspondante en Asie du Sud Est, Gabrielle Maréchaux. 

La fermeture de la salle de karaoké, la distanciation sociale surveillée par 40 « ambassadeurs de croisière », ou encore les tests réalisés avant de prendre la mer n’ont pas réussi à éviter le scénario catastrophe. Trois jours après avoir quitté le port de Singapour, et à la veille du retour à la case départ, la découverte d’un cas positif a suspendu cette croisière vers nulle part. Si l’opérateur Royal Caribbean avait prévu le pire, en équipant par exemple leur hôpital à bord de tests PCR, et de respirateurs, cette nouvelle risque cependant de porter préjudice aux efforts développés par Singapour pour relancer l’industrie du tourisme. Le petit État avait d’abord proposé des vols vers nulle part, une initiative annulée finalement face aux inquiétudes exprimées sur l’absurdité écologique d’un tel dispositif. Une bulle de transport aérien avait ensuite été annoncée avec Hong-Kong mais avait également été suspendue face à la hausse des cas de coronavirus dans la mégalopole. Les croisières vers nulle part ont alors commencé le mois dernier, et le succès était au rendez-vous avec 6 fois plus de réservation que d’habitude. Gabrielle Maréchaux Kuala Lumpur RFI.

RA : En France c'est un texte qui est très attendu : le projet de loi destiné à lutter contre le séparatisme. Promesse du Président Emmanuel Macron. Il a été adopté ce matin en Conseil des ministres. Le texte prévoit plusieurs mesures pour lutter contre l'islamisme radical : création d'un délit contre la haine en ligne, contrôle des associations et des lieux de cultes, lutte contre la polygamie, notamment. Ce sont des mesures sensibles politiquement, voilà pourquoi le Premier ministre Jean Castex a tenu à défendre depuis l'Élysée le projet de loi, entouré de quatre ministres. Anthony Lattier.

Jean Castex l'assume : c'est une loi contre « le travail de sape de l'islamisme radical », mais il s'empresse d'ajouter qu'elle ne stigmatise personne. « Ce projet de loi n’est pas un texte contre les religions. Ni contre la religion musulmane en particulier. C’est à l’inverse une loi de liberté, c’est une loi de protection, c’est une loin d’émancipation face au fondamentalisme religieux et plus généralement face à toute idéologie ou dérive qui poursuivrait les mêmes finalités. » Le contexte est explosif : la gauche accuse le pouvoir de s'en prendre aux musulmans et à l'étranger, la défense par le Président Macron du droit de caricaturer a suscité des protestations. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin cherche donc lui-aussi à rassurer, il cite Aristide Briand qui défendit la loi sur la séparation des Églises et de l'État en 1905. « C’est un texte qui vise à pacifier les esprits et à donner force à la République ». Et à ceux qui leur reprochent un texte uniquement répressif et sécuritaire, le Premier ministre promet des mesures pour l'égalité des chances et la cohésion sociale « dans les prochaines semaines » mais il reste pour le moment très floue sur leur contenu.

RA : Et puis une découverte, celle de la voix de Mandy Lerouge, chanteuse franco malgache qui vient de sortir son premier album. Il s'intitule « La Madrugada » qui signifie « L'aurore » en espagnol. Car dans cet album Mandy Lerouge reprend des ballades argentines. Sarah Tisseyre.

La Madrugada, l’aurore, c’est à la fois l’éveil, l’envol d’une voix, celle de Mandy Lerouge, et ce moment où la jeune franco malgache est tombée amoureuse des musiques du nord de l’Argentine. C’était il y a 6 ans. Cette cavalière filait en autobus découvrir la vie des Gauchos, les cow-boys de la Pampa. […] Et Mandy Lerouge s’est mise en tête de les chanter. Elle a appris l’espagnol, s’est entourée de musiciens argentins, et la voilà qui s’approprie le chamamé, la chacarera ou la zamba, en même temps qu’elle partage avec nous ce folklore venu de loin, si loin de ses hautes alpes natales, et de la Grande Ile de son père.

RA : « La Madrugada », premier album de la franco malgache Mandy Lerouge, sur RFI.

Enfin en football pas de problème pour le Paris Saint Germain ce soir en Ligue des Champions. Les Parisiens ont facilement battu les Turcs du Basaksehir Istanbul 5-1. La rencontre qui avait dû être arrêtée hier et reportée à aujourd'hui après qu'un arbitre a été accusé de racisme. Les Parisiens terminent premier de leur groupe et peuvent envisager les 1/8e de finale avec sérénité

Article publié le 09/12/2020

RFI - Radio France Internationale