Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 11/08/2020 20h00

Transcription

Fanny Bleichner : Vous écoutez RFI il est 22h à Paris, 23h à Minsk, 20h en temps universel. Bonsoir et bienvenue dans cette nouvelle édition du Journal en français facile. Pour m'accompagner ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Fanny, bonsoir à tous.

FB : À la Une de l'actualité, la fuite de l'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaya. Elle a quitté son pays pour la Lituanie, deux jours seulement après l'élection présidentielle dont les résultats restent très contestés.

SB : À Hong Kong, Jimmy Lai a été libéré ce soir. Le patron de la presse pro-démocratie avait été arrêté hier. De nombreux hongkongais lui ont apporté leur soutien.

FB : Le Liban rend hommage à ses victimes. Il y a une semaine jour pour jour une double explosion sur le port de Beyrouth faisait 171 morts.

Et puis l'Organisation mondiale de la santé reste prudente après l'annonce de la Russie. Elle affirme avoir mis au point le premier vaccin contre le Covid-19. En France, Jean Castex prône le port du masque même en extérieur face à l'épidémie.

-----

SB : Deux jours après l'élection présidentielle en Biélorussie, l'opposante Svetlana Tikhanovskaya a quitté le pays.

FB : Elle se trouve à présent en Lituanie. Principale rivale du président Alexandre Loukachenko, réélu malgré des résultats très contestés, elle a revendiqué la victoire dimanche soir. Depuis, ses soutiens ont organisé des manifestations. Elles ont été durement réprimées. Dans une vidéo diffusée aujourd'hui par l'agence d'État, elle appelle au respect de la loi et à ne pas manifester. L'opposition estime que ces images ont été tournées sous la contrainte. Dans la journée, le ministre lituanien des Affaires étrangères a donné quelques explications sur ce départ. Les précisions de notre correspondante Marielle Vitureau.

Svetlana Tikhanovskaya a fait les 200 kilomètres qui séparent Minsk de Vilnius au petit matin. Comme le raconte Linas Linkevicius, le chef de la diplomatie lituanienne, la nuit a été éprouvante : « Elle a été détenue pendant près de 7h00. Elle a subi des pressions et n’avait pas d’autres choix que de quitter le pays. Les autorités biélorusses ne l’ont pas empêché et ont même facilité son départ. » La candidate était déjà en possession d’un visa lituanien, ce qui a motivé son choix. Si la capitale lituanienne est depuis longtemps le refuge de l’opposition biélorusse, les initiatives se prennent aujourd’hui au niveau régional. Présidents et ministres des Affaires étrangères polonais, ukrainiens, lettons et estoniens ont publié plusieurs déclarations de soutien aux forces démocratiques en Biélorussie. Linas Linkevicius : « C’est notre priorité aujourd’hui de ramener la Biélorussie au centre de nos intérêts. La situation sur place est très préoccupante. » Pour cela, la Pologne et la Lituanie appellent à la tenue d’un conseil européen extraordinaire sur la Biélorussie.

FB : L'Union européenne dénonce une élection présidentielle « ni libre ni équitable ». La Pologne propose se servir de médiateur entre le pouvoir et l'opposition en Biélorussie.

SB : Il avait été arrêté hier à Hong Kong, le patron de la presse pro-démocratie Jimmy Lai vient d'être libéré

FB : Une libération sous caution vers minuit heure locale. Il était détenu au nom d'une loi sécuritaire imposée par la Chine. Une foule est venue l'accueillir. Dans la journée déjà, en signe de soutien, les Hongkongais étaient particulièrement nombreux à acheter l'Apple Daily, le tabloïd pro-démocratie de Jimmy Lai. Les actions de son groupe de presse Next Digital se sont aussi envolées en Bourse, le titre a pris plus de 1 100%.

SB : Aux États-Unis, Joe Biden pourrait annoncer ce mardi le nom du vice-président pour la candidature démocrate.

FB : Les élections auront lieu en novembre. Et l'on sait déjà une chose, c'est une femme qui sera aux côtés de Joe Biden. Il l'a fait savoir dès le mois de mars. Une question maintenant, cette femme sera-t-elle noire ? Cela semblerait être la volonté des électeurs, Christophe Paget.

« Ne pas choisir une femme noire en 2020 veut dire que vous perdrez l'élection ». Les cent personnalités afro-américaines qui ont publié une tribune hier étaient très claires. Déjà, de nombreux responsables démocrates avaient demandé à Joe Biden d’aller dans cette direction, après les manifestations contre le racisme qui avaient suivi la mort de George Floyd - mais d’autres sont plus intéressés par une candidate qui leur permettrait de remporter un État encore indécis. En tous cas la grande favorite, un site a déjà donné son nom, par erreur, c’est la sénatrice Kamala Harris, ancienne procureure de l’État le plus peuplé du pays, la Californie, fille d’immigrés jamaïcain et indien, mais certains ne pardonnent pas ses critiques visant Joe Biden pendant la primaire. En vue aussi Susan Rice, ambassadrice aux Nations unies puis conseillère à la sécurité nationale sous Barack Obama ; Karen Bass, qui dirige l'influent groupe des élus noirs du Congrès ; ou encore la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, qui dans les sondages fait les meilleurs scores auprès des afro-américains, mais pourrait effrayer les modérés. Ce choix est important, déjà le candidat démocrate est favori, il y a donc une réelle chance que la future nominée devienne la première vice-présidente de l’histoire des États-Unis. Et puis Joe Biden aura 78 ans en janvier, en cas de défaillance ou de décès, c'est sa vice-présidente qui le remplacerait.

FB : Christophe Paget, du service international de RFI.

SB : C'était il y a une semaine jour pour jour. Mardi dernier une double explosion frappait le port de Beyrouth, au Liban.

FB : Faisant au moins 171 morts, plus de 6 000 blessés. Un hommage a été rendu aux victimes aujourd'hui. À 18h08 précisément, heure de la catastrophe. Les cloches des églises ont retenti et dans les mosquées les appels à la prière ont été lancés. Près de 300 000 personnes sont aujourd'hui sans abris. Certaines vivent toujours dans leurs appartements détruits. Pour leur venir en aide, une association propose de remplacer gratuitement leurs fenêtres. Reportage de notre envoyé spécial Pierre Olivier.

Une semaine après l'explosion, le quartier d'Achrafieh porte encore les stigmates de la catastrophe : « Regardez ! Toutes les fenêtres des appartements ont explosé. Là, il y a encore du sang sur les marches. » Cela fait sept nuits que cette habitante dort, angoissée, dans sa chambre au premier étage, sans baie vitrée : « On dort à peine trois heures. Il y a quelqu’un qui monte, il y a des voleurs… Après, on est épuisés, on dort. Oui, j’ai peur des voleurs parce qu’on est au premier. Au deuxième, troisième ou quatrième, non. » Alors face à cette détresse des habitants, l'association Lebanese of Tomorrow soude bénévolement de nouvelles fenêtres. Guy Manoukian, est l'un des membres : « C'est un chantier énorme. Nous avons pour objectif de réparer toutes les fenêtres cassées pour que les gens soient à l'abri. On fait de notre mieux ! » Des fenêtres que les habitants de ce quartier ne pourraient pas changer tout seul, leur coût est bien trop élevé : « Moi, j'aurais mis du plastique. J'ai déjà du mal à payer le loyer. J'avais parlé avec le propriétaire pour qu'il baisse le prix sinon j'allais partir. » Selon l'association, rien que dans ce quartier de Beyrouth, plus de 80 000 appartements ont besoin de nouvelles fenêtres avant l'hiver. Pierre Olivier, Julien Boileau, Beyrouth, RFI.

SB : « Un crime odieux » qui ne restera pas « impuni ». Ce sont les mots du Premier ministre français Jean Castex, deux jours après l'attaque au Niger.

FB : Qui a fait huit morts dont six humanitaires français. Plus tôt dans la journée, Emmanuel Macron a promis que la sécurité des Français au Sahel serait renforcée.

SB : Autre déclaration de Jean Castex ce mardi, cette fois au sujet de la pandémie de coronavirus.

FB : « Si nous ne réagissons pas collectivement, nous nous exposons à un risque élevé de reprise épidémique qui sera difficile à contrôler », ce sont ses mots. Le Premier ministre a annoncé que l'interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes sera prolongée jusque fin octobre. Par ailleurs, il s'est dit favorable à ce que le port du masque soit obligatoire dans davantage d'espaces publics. La France se dit « dans l'attente des grands laboratoires pour disposer d'un vaccin » après que la Russie a revendiqué ce mardi avoir développé le premier vaccin « efficace » contre le coronavirus. L'Organisation mondiale de la santé se montre prudente.

SB : En France toujours, un décès, celui du dessinateur de presse Kiraz.

FB : Il était connu notamment pour ses illustrations des Parisiennes publiées dans de nombreux magazines. Il avait 96 ans. Isabelle Chenu revient sur son parcours.

Il était tombé amoureux des Parisiennes à son arrivée à Paris en 1946, il avait alors 22 ans. Le jeune dessinateur et caricaturiste égyptien né Edmond Kirazian s'apprête à devenir Kiraz. Cet autodidacte se met à dessiner en couleur ce qui fera sa signature : des femmes longilignes, aux yeux immenses, et aux jambes infinies, sophistiquées, passionnées de shopping, frivoles et faussement ingénues. Des Parisiennes ou du moins un fantasme de Parisiennes qu'il voyait, explique-t-il, comme des « libellules ». Kiraz suit la mode de près et croque pendant 25 ans dans le magazine Jours de France un stéréotype de femmes. Marcel Dassault, le patron du titre, le recrute d'ailleurs pour cela, « dessiner de jolies femmes ». À partir des années 1970 et pendant 30 ans, Kiraz publiera également des mises en scènes légères ou érotiques de ses Parisiennes dans le magazine Playboy. D'autres titres nationaux et internationaux lui commandent des dessins. Il effectue plusieurs campagnes de publicité pour des grands groupes industriels. Ses Parisiennes se retrouvent alors au volant de voitures, boivent de l'eau pétillante, consomment du faux sucre. En 2008, le musée Carnavalet avait consacré une exposition aux Parisiennes de Kiraz.

FB : RFI il est 22h et bientôt 10 minutes à Paris. Merci beaucoup Sylvie Berruet de m'avoir accompagnée pour ce Journal en français facile.

Article publié le 11/08/2020

RFI - Radio France Internationale