Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 21/12/2020 20h00

Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 21h ici à Paris.
Bonsoir et bienvenue dans le Journal en français facile avec ce soir Sébastien Duhamel. Bonsoir Sébastien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir à tous.

GN : Dans l'actualité de ce lundi, il y a la pandémie de Covid-19. L'Europe autorise sous conditions le premier vaccin contre le coronavirus. Les premières injections vont pouvoir commencer le 27 décembre.

SD : Toujours à propos de la pandémie, la découverte d'une nouvelle sorte de virus dans le sud de l'Angleterre. Les voisins du Royaume-Uni ferment les frontières.

GN : Les conséquences économiques de cette pandémie, les États-Unis vont lancer un nouveau plan de relance et de soutien de 900 milliards de dollars.

SD : Et enfin, la répression politique en Turquie. Une ancienne députée kurde est condamnée à 22 ans de détention. Elle est accusée d'appartenir à un mouvement terroriste.

-----

SD : Le vaccin contre le coronavirus autorisé en Europe.

GN : C'est une décision prise aujourd'hui prise par l'Agence européenne du médicament. C'est le vaccin de l'entreprise américaine Pfizer et de l'allemande BioNTech qui est autorisé. C’est celui qui est déjà autorisé aux États-Unis et au Royaume-Uni. La vaccination en Europe va pouvoir commencer à la fin de la semaine. Tout a été fait pour aller le plus vite possible. À Bruxelles, les explications de Pierre Bénazet.

C’est une homologation en deux temps qui a été accordée ce lundi au BNT162b2, le petit nom du vaccin de BioNTech et Pfizer. C’est d’abord l’Agence européenne des médicaments qui a donné le feu vert. Son comité des médicaments humains estime que les bénéfices du vaccin sont supérieurs aux effets secondaires connus. Et cette homologation est le résultat d’une procédure accélérée à l’extrême, en à peine deux mois et demi au lieu d’un an habituellement, un délai rendu possible par une accélération des procédures administratives pour les bases de données. C’est ensuite la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen qui a accéléré les formalités administratives puisqu’au lieu de deux jours comme prévu c’est en trois heures que la Commission a émis l’autorisation conditionnelle de mise sur le marché, une façon pour Ursula von der Leyen de permettre la réalisation de sa promesse, à savoir le début coordonné de la campagne de vaccination dans l’Union européenne. Dès ce mardi ou ce mercredi, promet-elle, les premiers camions quitteront l’usine de Pfizer à Puurs en Flandre belge avec à leur bord les premiers vaccins destinés aux Européens. Pierre Bénazet, Bruxelles, RFI.

GN : La pandémie de Covid-19, la maladie donnée par le Coronavirus, inquiète de plus en plus notamment en Europe après la découverte d'une variante, un autre type de ce coronavirus. Une variante plus contagieuse qui se transmet plus facilement et plus vite. Ce soir, l'OMS, l'Organisation mondiale de la santé estime que cette nouvelle variante du virus n'est pas hors de contrôle. Cette variante a été découverte notamment en Afrique du Sud et en Grande-Bretagne.

SD : Et après la découverte de cette variante sur son sol, le Royaume-Uni est de plus en plus isolé.

GN : Notamment à Londres, la capitale et dans le sud-est du pays. Les autorités britanniques avaient déjà reconfiné ces régions. Cela signifie que 16 millions de personnes doivent rester chez elles et annuler les festivités prévues pour la fin de l'année et notamment à Noël. Les pays voisins, dont la France, ont décidé de fermer leurs frontières avec le Royaume-Uni. Les transports aériens, les frontières terrestre et maritime sont suspendus. Maxence Peigné a recueilli les réactions de Londoniens à la situation sanitaire du pays et ces fermetures de frontières.

« Moi, je suis d’accord avec eux, je comprends tout à fait qu’ils veuillent fermer leurs frontières pour protéger leur population. Ils font ce qu’ils ont à faire. J’espère que la nouvelle souche n’aura aucun impact sur le vaccin, car le vaccin est notre dernière lueur d’espoir. » ; « Cette situation est très frustrante. Beaucoup d’Européens voulaient rentrer chez pour voir leur famille, surtout après une année aussi difficile avec la pandémie, et maintenant ils ne le peuvent plus. » ; « C'est terrible tous les quinze jours, les règles changent et on ne sait jamais ce qui va se passer. Et maintenant Noël est annulé, mais je me demande si nos dirigeants vont s’appliquer ces restrictions à eux-mêmes. »

GN : Un Libyen accusé d'attentat par la justice américaine. Abou Agila Mohammad Massoud est un ancien agent des services secrets libyens. Il est soupçonné d'avoir participé à l'attentat de Lockerbie en décembre 1988 en Écosse. C'est un avion de la compagnie Pan Am qui avaient explosé au-dessus de cette région du Royaume-Uni. C'était il y a 32 ans aujourd'hui. 259 passagers et membre d'équipages étaient morts. Parmi eux, il y avait 190 Américains. Abou Agila Mohammad Massoud est actuellement détenu par les autorités en Libye.

SD : 900 milliards de dollars, c'est le montant du nouveau plan de soutien à l'économie et aux particuliers qui doit être voté aujourd'hui aux États-Unis.

GN : Ce plan est en discussion depuis des semaines et même des mois entre les élus démocrates et républicains au Congrès américain. Ils n'arrivaient pas à trouver un accord alors que le président américain sortant, Donald Trump, n'a toujours pas reconnu sa défaite à l'élection présidentielle du 3 novembre dernier. Finalement, un compromis a été trouvé, mais très en dessous de ce que souhaitait l'équipe du président élu, Joe Biden, qui doit être investi le 20 janvier prochain à Washington. C’est une aide cruciale pour des millions d’Américains et les entreprises qui souffrent de l’impact de la crise sanitaire. Altin Lazaj.

Le plan de relance prévoit notamment des aides directes pour les Américains les plus vulnérables. Un chèque de 600 dollars par adulte et par enfant et 25 milliards en aide au logement pour éviter les expulsions. Une enveloppe de 100 milliards dollars servira à aider les établissements scolaires et les crèches à rouvrir. Pour atténuer les conséquences du chômage qui augmentent dans le pays, les chômeurs recevront une allocation de 300 dollars par semaine. Un montant de 300 milliards de dollars sera alloué aux petites et moyennes entreprises en grande difficulté. Le nouveau plan va par ailleurs inclure des mesures en faveur du transport aérien et de la distribution des vaccins contre le coronavirus. Il sera aussi étendu au monde de la culture, aux ONG et aux médias locaux. Ce nouveau programme d’aide est le deuxième après celui de 2 300 milliards de dollars voté en mars dernier en pleine pandémie.

SD : Les explications d’Altin Lazaj.

En Turquie, l’ancienne députée Leyla Güven a été condamnée ce lundi à 22 ans de prison.

GN : Elle a été reconnue coupable d’appartenir au PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. C’est un groupe considéré comme terroriste par le gouvernement de la Turquie. La députée avait été déchue de son mandat, son siège de députée lui avait été retiré, en juin dernier, alors que le gouvernement multipliait les arrestations de députés d’opposition et de journalistes. Les explications de Christophe Paget.

Ce lundi, Leyla Güven ne s’est pas rendue au tribunal de Diyarbakir pour entendre la Cour la condamner à 22 ans et trois mois de prison pour « appartenance à un groupe terroriste », le Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK, et propagande en faveur de ses militants. La Cour a aussi délivré un mandat d’arrêt. L’ancienne député kurde est connue pour avoir lancé en 2018 un mouvement de grève de la faim en prison pour qu’Abdullah Ocalan, le leader du PKK, en prison à vie depuis 1999 pour trahison, ne soit plus à l’isolement. Il s’agissait de lui permettre de rencontrer ses avocats et sa famille. Leyla Guven appartient au HDP, un parti de gauche pro-kurde accusé par le gouvernement d’être une « vitrine politique » du PKK, ce qu’il a toujours nié. Pendant sa grève de la faim, Leyla Güven était elle-même en prison pour avoir critiqué l’opération « Rameau d’olivier », la seconde offensive de l'armée turque en Syrie, menée contre le groupe armé kurde YPG. Libérée en janvier 2019, elle est à nouveau arrêtée en juin 2020, déchue de son mandat de député et de son immunité parlementaire. Selon sa fille, l’ancienne député est condamnée aujourd’hui pour son travail avec le DTK, une ONG pro-kurde qui, si elle n’a pas été interdite par l’État turque, reste sous surveillance.

SD : Christophe Paget.

La fin du blocage en Italie du navire Ocean Viking.

GN : Le navire d'aide aux migrants de la mer Méditerranée était bloqué depuis cinq mois par les autorités de l’Italie. Après avoir été inspecté pour la troisième fois, le bateau a été déclaré conforme aux normes de sécurité. L'organisation non gouvernementale de secours aux migrants SOS Méditerranée annonce que le navire va pouvoir reprendre ses opérations.

Un nouveau maire pour Marseille, la deuxième ville de France. Il s'agit de Benoît Payan, un socialiste de 42 ans, habitué de l’arène politique. Il remplace Michèle Rubirola, une médecin écologiste, élue il y a moins de six mois et moins habituée au combat politique. Elle a décidé de démissionner pour raison de santé, le 15 décembre dernier. Les oppositions marseillaises dénoncent une manœuvre politique, et même un hold-up.

Une enquête pour incitation à la haine raciale ouverte par la justice française. Cette enquête vise des messages publiés sur le réseau social Twitter à l'occasion de l'élection de Miss France, c’était samedi soir. L'une des candidates a été victime d'injures antisémites, des messages contre les juifs après avoir expliqué que son père était d'origine israélienne. April Benayoum, Miss Provence, a terminé deuxième du concours.

Article publié le 21/12/2020

RFI - Radio France Internationale