Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 22/08/2020 20h00

Transcription

Marion Cazanove : Merci d'écouter Radio France internationale en direct de Paris où il est 22 heures. 20 heures en temps universel. Bonsoir à tous, merci d’être à l’écoute de cette édition du Journal en français facile que j'ai le plaisir de présenter ce soir avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

SB : Bonsoir Marion, bonsoir à tous.

MC : Dans les titres de ce journal :

- L'opposant russe Alexeï Navalny est désormais soigné en Allemagne, il est toujours plongé dans le coma, victimes, pour ses proches, d'un empoisonnement.

- À suivre, également, la situation alarmante en Espagne : les cas de coronavirus augmentent toujours, on en compte 8 000 en une journée.

- Et puis Paris et Munich retiennent leur souffle, à un jour de la ligue des Champions. À Paris, un dispositif exceptionnel est mis en place pour cadrer les supporters.

-----

SB : Alexeï Navalny est toujours plongé dans le coma, dans un hôpital de Berlin en Allemagne. L'opposant russe a fait un malaise. D'après ses proches, sa famille, il aurait été victime d'un empoisonnement.

MC : Sa famille voulait qu'il soit soigné en dehors de Russie. Une fois arrivé en Allemagne, il a été transporté à l'hôpital de la Charité, dans une ambulance, et escorté par un convoi policier. À Berlin, correspondance, signée Nathalie Versieux.

À La Charité où il est arrivé vers 10h30, Navalny doit d'abord subir des examens poussés. Alors, seulement et après avoir consulté la famille du célèbre opposant russe, les médecins allemands pourront se prononcer sur le cas du patient et sur les soins qu'il doit recevoir. Son état est stable, selon l'activiste Jaka Bizilj, le fondateur de l'association Cinema for Peace, qui a organisé l'évacuation vers l'Allemagne. « Le gouvernement fédéral espère que les traitements fournis par La Charité lui permettront de retrouver la santé », a commenté ce midi le porte-parole du gouvernement allemand. « On remarque l'immense soulagement de tous que l'odyssée sibérienne ait enfin pris fin », se réjouit de son côté l'association Cinéma for Peace. « Le seul souvenir qu'il reste de cette équipée depuis Omsk est l'écriteau écrit à la main sur la porte de sa chambre » ajoute l'association. Un écriteau sur lequel on peut lire : garder cette porte fermée à clé. Navalny disposera en Allemagne de mesures de sécurité exceptionnelles. Nathalie Versieux, Berlin, RFI.

SB : En Biélorussie, la situation ne devrait pas revenir au calme tout de suite. Aujourd'hui, le président Alexandre Loukachenko a ordonné à l'armée de défendre l'intégrité territoriale, c'est-à-dire de préserver le pays et ses frontières de toute influence extérieure.

MC : Dans le même temps, la pression internationale s'accentue, elle devient plus pressante sur le gouvernement de Loukachenko. L'Union européenne a rejeté le résultat de l'élection, et hier, la cheffe de l'opposition a appelé à de nouvelles grandes manifestations en Biélorussie.

Au Mali, la délégation de la Cédéao dépêchée sur place a rencontré le président déchu IBK. L'ex-président nigérian Goodluck Jonathan, qui préside cette délégation, l'a annoncé il y a quelques minutes : IBK est toujours retenu par les militaires qui ont pris le pouvoir mardi. La délégation de la Cédéao demandait jeudi son rétablissement au pouvoir.

SB : L'OMS, l’Organisation mondiale de la santé, espère sortir de la crise du coronavirus d'ici deux ans. Le virus, lui, circule de plus en plus activement, notamment en Espagne, Marion.

MC : Oui c'est le pays le plus touché en Europe. En un jour, 8 000 nouveaux cas ont été enregistrés. La situation est préoccupante dans la capitale, Madrid, elle concentre au moins 26 foyers de contaminations. Cette forte augmentation a obligé le chef du gouvernement à rentrer plus tôt que prévu de ses vacances. Romain Lemaresquier.

Après un chiffre record de 7 000 nouveaux cas jeudi, ce vendredi se sont donc 8 148 personnes qui ont été diagnostiquées comme porteuses du Covid-19. Un chiffre qui fait craindre le pire. Pedro Sanchez a donc décidé de mettre un terme à ses vacances. Le chef du gouvernement espagnol est de retour à la Moncloa, à Madrid, où il va tenter de rassurer ses concitoyens, alors qu’une seconde vague semble se dessiner. Dans la capitale, face à l’augmentation des cas, en particulier dans deux quartiers populaires, les autorités appellent les habitants à rester chez eux. Pour l’instant, il n’est pas question de rétablir l’état d’urgence, ce sont les gouvernements des autonomies, entendez les régions, qui gèrent la pandémie. Mais si d’aventure la courbe continue son ascension, c’est bien le gouvernement espagnol qui reprendra la main. La situation est extrêmement préoccupante et ce alors que la rentrée des classes est prévue dans deux semaines. Cette recrudescence des cas a également un impact sur les stocks de médicaments. Selon l’Agence espagnole des médicaments, le pays n’a presque plus de Remdesivir, le seul médicament antiviral autorisé. Une situation alarmante et qui place le pays comme étant celui qui a proportionnellement le plus de cas en Europe.

MC : Romain Lemaresquier.

L'Italie de son côté s'inquiète : aujourd'hui, elle vient de dépasser les 1 000 cas, en un seul jour. Ce chiffre n'avait pas été passé depuis le mois de mai.

SB : Aux États Unis, le service de la Poste est un sujet de tension, au niveau politique.

MC : Les anciens présidents Benjamin Franklin, Abraham Lincoln ont été dirigeant de la Poste, mais aujourd’hui Donald Trump dit que ce service est une blague. Il y a d'ailleurs eu un vote, et ce vote est d’autant plus rare qu’il se tient un week-end, en pleine vacances d’été. Détails de notre correspondant aux États-Unis, Thomas Harms.

Convoqué d’urgence au milieu des vacances, la Chambre des représentants a voté ce samedi en faveur d’un plan d’aide au Service postal américain (USPS). Tous les démocrates ont voté pour, tous les républicains contre. Cette loi prévoit de débloquer 25 milliards d’aide pour la Poste afin d’éviter que le vote par correspondance, accusé par Donald Trump d’être la cause de futures fraudes, ne soit mis en danger pour l’élection de novembre. Les retards de livraisons du courrier sont un vrai problème aux États-Unis, surtout, en pleine pandémie, quand des millions de foyers dépendent de la Poste pour recevoir leur allocation chômage, leur aide sociale ou leur prescriptions médicales. Mais ce vote est avant tout symbolique. Le président du Sénat, Mitch McConnell a d’ores et déjà annoncé que cette loi ne serait pas présentée à la Chambre haute, si elle ne fait pas partie d’une loi plus globale d’aide contre le coronavirus. Hier, le directeur de la Poste américaine (élu par les gouverneurs) a promis d’arrêter toutes les opérations de redéploiement des boites aux lettres, tout changement impliquant la livraison du courrier, jusqu‘au lendemain de l’élection présidentielle. Mais les démocrates n’y croient pas. Thomas Harms, Houston, RFI.

MC : En France, le choc, après la découverte de graffitis dans le village d'Oradour-sur-Glane, situé en Haute-Vienne. Des inscriptions révisionnistes, c'est-à-dire qui nient l'existence de la Shoah. Ces inscriptions ont été peintes à l'entrée de ce village, qui est un lieu de mémoire, en France. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, presque tous les habitants d'Oradour-sur-Glane avaient été tués par les Allemands. Le président a promis que « tout serait fait » pour retrouver les responsables de ces inscriptions.

SB : Le football et l'excitation qui monte, à Paris, à quelques heures de la finale de la Ligue des Champions. Le Paris-Saint-Germain, qui n'a jamais remporté le titre, jouera contre les Bavarois du Bayern Munich.

MC : Oui et même si le match se jouera à Lisbonne, Sylvie, les autorités en France ont peur de débordements en pleine épidémie de coronavirus. La mairie a décidé de réserver l'avenue des Champs-Élysées aux piétons. Un dispositif exceptionnel qui sera déployé, Mélanie Costa.

Les supporters du PSG pourront fêter la finale de la Ligue des Champions sur les Champs-Élysées, demain. Dès 21h, aucune circulation ne sera autorisée sur l'avenue. Et 17 stations de métro seront fermées aux abords des Champs-Élysées. L'objectif, c'est de maintenir la distanciation sociale et les gestes barrières pendant cette nuit de fête. 2 000 masques seront distribués. Mais le rassemblement risque d'être bref. Deux heures après la fin du match, les personnes présentes auront l'obligation de partir. Sur place, 3 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour évacuer les supporters et sécuriser les commerces, a indiqué le préfet. Ce dispositif exceptionnel a été décidé après les débordements de mardi soir sur les Champs-Élysées, suite à la victoire du PSG en demi-finale. 36 personnes avaient été interpellées. La mairie de Paris avait même dénoncé les défaillances de la préfecture concernant le respect des règles sanitaires. La ville craignant une nouvelle flambée des cas de coronavirus. Les mesures, elles, ne cessent de changer. À Marseille, l'arrêté interdisant le port du maillot du PSG dans la ville a finalement été abrogé. Et à Paris, les fan zones sont interdites, pourtant, on autorise ce rassemblement géant sur l'avenue des Champs-Élysées.

MC : Précisions de Mélanie Costa.

Le Paris-Saint-Germain qui vient de se qualifier, cette fois dans le tournoi féminin de la Ligue des Champions. Les Parisiennes remportent leur ticket pour les demi-finales, en battant Arsenal, 2 à 1. Et puis comme un clin d'œil à la compétition masculine, les filles du Bayern Munich jouaient elles-aussi. Elles ont en revanche perdu face à l'Olympique lyonnais. En demi-finales, il y aura donc un match 100 % français, OL-PSG, et donc forcément une équipe française en finale.

Ainsi se termine ce Journal en français facile, merci de l'avoir suivi, merci à vous Sylvie Berruet.

SB : Merci Marion.

MC : Un journal à réécouter, vous le savez, en podcast sur le site rfi.fr ou sur notre application pure radio. RFI, il est maintenant 22h10 à Paris, 20h10 en temps universel.

Article publié le 22/08/2020

RFI - Radio France Internationale