Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 22/12/2020 20h00

Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 21h ce soir à Paris.

Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile présenté ce soir avec Clémentine Pawlotsky. Bonsoir Clémentine.

Clémentine Pawlotsky : Bonsoir Guillaume, bonsoir à tous.

GN : Dans l'actualité de ce mardi, il y a la campagne de vaccination contre le coronavirus aux États-Unis. Les responsables politiques sont de plus en plus nombreux à se faire vacciner.

CP : La campagne de vaccination qui se prépare aussi en France. L'acheminement du vaccin à des températures très basse est un défi pour l'organisation.

GN : Les suites de l'empoisonnement de l'opposant russe Alexeï Navalny. La Russie impose de nouvelles sanctions à certains pays européens.

CP : Et puis les inquiétudes des participants au rallye Dakar. La décision du pays d'accueil de fermer ses frontières oblige l'organisateurs à s'adapter au dernier moment.

-----

CP : On commence par la campagne de vaccination contre le coronavirus aux États-Unis.

GN : Elle a débuté il y a plusieurs jours déjà. Aujourd'hui, le docteur Anthony Fauci s'est fait vacciner devant les caméras. Le docteur Fauci est le conseiller pour les questions médicales de Donald Trump avec lequel il entretient des rapports compliqués et futur conseiller de Joe Biden. Les figures politiques du pays font la promotion du vaccin en se faisant elles-mêmes vacciner. Après l’actuel vice-président Mike Pence, le président élu Joe Biden s’est fait vacciner lundi devant un parterre de journalistes venus assister à l’évènement. D’autres figures politiques, plus jeunes, se font également vacciner. Pourtant certains d’entre eux faisaient partie de ceux qui disaient que le virus n'était pas si dangereux. Les critiques fusent et la polémique est de plus en plus grande. Romain Lemaresquier.

Ils étaient en première ligne pour minimiser les risques liés au Covid-19 il y a encore quelques mois et pourtant aujourd’hui ce sont les premiers à se faire vacciner. De nombreux élus du parti républicain font désormais l’objet de fortes critiques pour avoir fait partie des premiers Américains à se faire vacciner, sachant que le nombre de doses reste pour l’instant limité. Des vaccinations pour montrer l’exemple selon eux, à l’image de Lindsey Graham, le sénateur de la Caroline du Sud, pourtant très critique contre ceux qui annonçaient des jours sombres. Le font-ils pour montrer l’exemple ou bien pour sauver leur peau s’interroge le Washington Post. Au Congrès, où les élus font partie des personnes prioritaires aux États-Unis pour recevoir le vaccin, les critiques fusent, certains estimant que ces élus devraient attendre que les véritables personnes prioritaires reçoivent leur dose. Il faut préciser que le citoyen lambda aux États-Unis ne pourra se faire vacciner avant des mois. Une polémique qui ne fait que commencer une semaine après le début de la campagne de vaccination qui devait concerner en priorité les personnels de santé.

CP : La campagne de vaccination contre le Covid-19 devrait débuter ce dimanche dans plusieurs pays d'Europe.

GN : En Allemagne, en Espagne et en France. Il ne reste, donc, plus que cinq jours pour acheminer le vaccin mis au point par l'américain Pfizer et l'allemand BioNTech. C'est celui-là qui a été choisi par les autorités européennes. Sa particularité, c'est qu'il doit être conservé à des températures très basses (-70 à -80 degrés), ce qui rend son transport particulièrement compliqué, Marine de La Moissonnière.

Le vaccin Pfizer-BioNTech est produit à Puurs, en Belgique, à une trentaine de kilomètres au nord de Bruxelles. Hormis les doses destinées aux Outre-mer qui seront transportés par avion, les flacons devront, donc, parcourir quelques centaines de kilomètres par la route pour rejoindre l'un des sites de stockage répartis un peu partout dans l'hexagone. Un trajet au cours duquel il ne faut surtout pas que la chaîne du froid soit rompue. Alors les caissons isothermes contenant les doses et remplis de glace carbonique seront surveillés à distance au moyen de GPS et de capteurs thermiques. Autre particularité, les camions frigorifiques ne seront pas identifiables et seront escortés par des policiers afin d'éviter les vols ou les actions de militants anti-vaccins. Une fois arrivés sur les sites de stockage en France, les vaccins seront toujours conservés à entre -70 et -80 degrés. Puis, ils seront sortis des « super-congélateurs » et conservés dans des réfrigérateurs classiques. Ils devront alors être injectés sous cinq jours. Une opération qui se fera dans les maisons de retraite, car la première phase de cette campagne de vaccination ne concerne que les personnes âgées et les personnels qui prennent soin d'elles.

CP : La France autorise les retours du Royaume-Uni sous certaines conditions à partir de demain.

GN : Cela ne concerne que les personnes de nationalité française ou résident en France. Pour cela il faut que ce soit un déplacement indispensable et il faut un test négatif au coronavirus et sa variante très présente sur le sol britannique. La Commission européenne recommande une reprise de la circulation pour éviter le chaos. Mais la plupart des pays européens ont coupé leurs liaisons avec le Royaume-Uni. C'est le cas par exemple de l'Irlande qui a suspendu les vols avec la Grande-Bretagne jusqu'à la fin de l'année.

CP : Les négociations sur la future relation commerciale entre l'Europe et le Royaume-Uni.

GN : Elles continuent alors que la période de transition entamée avec la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne à la fin janvier s'achèvera le 31 décembre. Le négociateur européen Michel Barnier qualifie d'inacceptable la dernière proposition britannique sur le dossier des zones de pêche. C’est l'un des points de blocage de la négociation. Ce matin, le négociateur français expliquait que la négociation était à un point critique.

CP : L’affaire Navalny n’en finit pas d'avoir des conséquences.

GN : Au lendemain de la diffusion d'une vidéo d'une conversation téléphonique entre l’opposant russe et un prétendu expert des armes chimiques du FSB, qui lui a raconté certaines circonstances de sa tentative d’assassinat, Moscou annonce une série de contre-sanctions à l’égard de responsables européens. Trois pays sont dans le collimateur de la Russie : l’Allemagne, la France et la Suède, Anastasia Becchio.

Il s’agit des pays dont des laboratoires ont identifié une substance neurotoxique militaire de type Novitchok dans l'organisme d’Alexeï Navalny, lorsqu’il était hospitalisé à Berlin. Ces conclusions avaient conduit l’Union européenne à adopter des sanctions contre des responsables russes, dont le chef du FSB. Ce matin, l’ambassadeur de France à Moscou, Pierre Levy, la chargée d’affaires de l’ambassade d’Allemagne, Beate Grzeski et un représentant suédois ont été convoqués au ministère des Affaires étrangères à Moscou qui les a informés de sa décision d’élargir « la liste des représentants de pays membres de l'Union européenne interdits d'entrer sur le territoire de la Fédération de Russie ». Aucun nom n’a été publié, mais le quotidien Kommersant évoque, sans les citer, dix personnalités, essentiellement allemandes et françaises, parmi lesquelles des collaborateurs de la Chancellerie et de l’Élysée, des responsables des ministères allemand et français de la Défense et les directeurs des laboratoires qui ont identifié la substance chimique à l’origine de l’empoisonnement du « patient berlinois », comme le nomme le Kremlin. Cette décision intervient au lendemain de la diffusion d’un canular téléphonique dans lequel Alexeï Navalny interroge un expert des armes chimiques du FSB qui lui dévoile qu'il a été empoisonné par une substance étalée sur la poche de son slip. Un sous-vêtement qui n’en finit pas de faire rire les réseaux sociaux russes.

CP : Le premier vol commercial direct entre Israël et le Maroc a atterri à Rabat, la capitale du Maroc.

GN : C'est la conséquence de l'accord entre l'État hébreu et le royaume du Maroc. Cette normalisation des relations a été rendue possible par la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le territoire contesté du Sahara occidental, en violation du droit international. Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain sortant Donald Trump, et un conseiller du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se trouvaient à bord de l'appareil appartenant à la compagnie israélienne El Al.

CP : L'inquiétude a plané sur le rallye Dakar 2021.

GN : C'est en raison de l'annonce par l'Arabie saoudite de la fermeture de ses frontières hier. Une mesure destinée à faire face à la pandémie de Covid-19. Elle a plongé de nombreux concurrents dans l’incertitude pendant quelques heures. Sophiane Amazian.

L'annonce a pris tout le monde de court sur le Dakar hier. L’Arabie saoudite a décidé de fermer ses frontières pour au-moins une semaine. Suspendant du même coup tous les vols internationaux à destination du royaume. Terre d'accueil du rallye-raid pour la deuxième année consécutive. Le problème, c'est que bon nombre des participants : pilotes, mécaniciens et membres des équipes engagées n'ont pas encore gagné l'Arabie saoudite et s'apprêtaient à prendre un avion sur une ligne régulière quand l'information est tombée. C'est notamment le cas de Sébastien Loeb dont le vol au départ de Paris a été annulé ou de son mécanicien qui devait embarquer à Londres. D'autres, en revanche, ont pu effectuer le voyage à bord des vols charters spécialement affrétés pour l’occasion par ASO. C'est d'ailleurs cette solution qui va être développée par la société organisatrice du Dakar en accord avec le ministère des Sports saoudien pour débloquer la situation avec un protocole sanitaire adapté à leur arrivée sur place. Tous les participants seront soumis à plusieurs tests de dépistage et devront respecter une période d’isolement. Des mesures qui concernent un peu plus de 2 000 personnes, d'ici le départ de la course le 3 janvier prochain. Car, même dans le désert où ils vont passer l'essentiel de leur temps pendant douze jours, tout doit être fait pour éviter la propagation du virus.

CP : La mort de l'acteur français Claude Brasseur à 84 ans.

GN : Issu d'une grande lignée de comédiens, il avait joué dans une centaine de films dont certains grands succès populaires du cinéma français comme La boum et Un éléphant ça trompe énormément et sa suite Nous irons tous au paradis. Tous les acteurs masculins qui incarnaient la bande de copains dans le film sont désormais décédés. Victor Lanoux, Jean Rochefort et plus récemment Guy Bedos ayant précédé Claude Brasseur. 

Article publié le 22/12/2020

RFI - Radio France Internationale