Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 23/12/2020 20h00

Transcription

Guillaume Naudin : Il est 20h en temps universel et à Londres, 21h ici à Paris. Merci d'écouter RFI.
Bienvenue dans ce Journal en français facile, présenté ce soir avec Clémentine Pawlotsky. Bonsoir Clémentine.

Clémentine Pawlotsky : Bonsoir Guillaume, bonsoir à tous.

GN : Dans l'actualité de ce mardi, il y a des progrès vers un accord commercial entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne. Les négociations durent depuis dix mois.

CP : Le rétablissement de la circulation entre la Grande-Bretagne et le continent après la découverte d'une nouvelle variante du coronavirus. Rétablissement très encadré.

GN : Une nouvelle crise politique en Israël. Le pays va connaître ses quatrièmes élections législatives en deux ans.

CP : Et puis la libération surprise d'un opposant à Hong Kong. Jimmy Lai a dû payer une forte caution et donner son passeport.

-----

CP : Un accord sur la future relation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne semble tout proche.

GN : Cette fois on y est presque. C'est ce qui disent des informations venant des deux côtés de la Manche. Après dix mois de négociations tendues et laborieuses, et à huit jours de la sortie réelle du Royaume-Uni de l'Union Européenne, Londres et les 27 semblent désormais très proches d'un accord sur leur future relation commerciale. Peut-être même cette nuit. Anissa El Jabri.

Jamais, en effet, tout ce mois de décembre on n’a senti un tel climat positif ni entendu des confidences aussi concordantes. « Nous sommes dans la phase finale. Grande chance d’un accord », ça, ça vient de Bruxelles. « Marché conclut », c’est ce qu’on peut lire dans certains médias britanniques. Déjà, en coulisses les questions fusent. Ce fameux accord est-il long de 2 000 pages comme on le murmure depuis des jours ? En quelles langues sera-t-il traduit ? Et surtout, peut-il rentrer en application le 1 er janvier ? Pour ça, il y a plusieurs étapes à franchir : une validation des 27, soit un Conseil européen extraordinaire ; un vote du Parlement britannique ensuite, un retour des députés à Westminster pendant les fêtes. L’hypothèse avait déjà été évoquée. Reste une dernière étape, le vote du Parlement européen. Pas facile. Les eurodéputés l’ont déjà fait savoir, ils sont furieux de voir se profiler une adoption à leurs yeux à marche forcée. Dimanche dernier était déjà censé être la date limite pour eux, pour examiner un accord. Sur la table, il y alors cette possibilité : faire appliquer les clauses de l’accord de manière provisoire, débattre et voter ce texte un peu plus tard, début 2021.

CP : La pandémie de coronavirus dans le monde.

GN : Sachez que le Canada devient le deuxième pays au monde après les États-Unis à approuver le vaccin produit par la firme pharmaceutique américaine Moderna.
La Royaume-Uni, dont on vient de parler, coupe ses liaisons avec l'Afrique du Sud où une variante particulièrement virulente a été découverte. La Grande-Bretagne est déjà largement isolée à la suite de la découverte sur son sol d'une variante déjà plus contagieuse du coronavirus.

CP : Le Royaume-Uni sort lentement de cet isolement ce mercredi.

GN : Des liaisons limitées ont repris vers la France. Des Eurostars, des trains, sont donc arrivés gare du Nord aujourd'hui avec des passagers en grande majorité français, obligés de passer un test pour accéder au train, mais soulagés de retrouver leur famille pour les fêtes. Reportage d'Oriane Verdier.

L'Eurostar vient d'entrer en gare du Nord. Perdu entre les policiers, les journalistes et les passagers, une petite dame, dressée sur la pointe des pieds guette l'arrivée de sa fille : « Elle a failli ne pas arriver, effectivement. Ça fait de puis le premier confinement que l’on ne s’est pas vu. Elle devait venir, tout était prêt, et hop nouvelle souche. Là, tout s’écroule. Je suis vraiment très émue, j’ai pas envie de pleurer. » Ça y'est sa fille est arrivée. Grand sourire derrière le masque, pas de bisous ni d'embrassade, geste barrière oblige. Mais la joie est bien là : « Ça fait trois jours que l’on essaie de rentrer. On a dépensé beaucoup d’argent, mais on est là… » Juliette est soulagée même si elle a dû payer 250 pound soit près de 280 euros pour avoir les résultats de son test PCR en 24 heures. Emilie et Fabien eux ont été plus chanceux, ils sont passés par le service de test gratuit : « On est ravis d’être rentrés. Tout s’est bien passé, c’est finalement plutôt rassurant. » « Il y a des services payants et il y a le service NHS qui est en place et qui est assez efficace. En l’occurrence, c’était un test NHS gratuit, on a eu les réponses en moins de 24 heures. Négatif. » Beaucoup d'amis expatriés de ce couple ont, eux, choisi de passer les fêtes à Londres. En France ou au Royaume-Uni, ce sera de toute façon, en petit comité.

CP : Le plan d'aide du Congrès américain rejeté par Donald Trump aux États-Unis.

GN : Pour le président américain, ce plan pourtant négocié entre élus démocrates et républicains, son propre camp, au Congrès est une honte. Il demande que l'aide de 600 dollars aux ménages soit largement augmentée. Jugé essentiel pour remettre sur les rails la première économie mondiale, le plan adopté par les parlementaires américains lundi soir, afin de soutenir les ménages et entreprises affectés par la pandémie, ne peut entrer en vigueur sans la signature du président.

CP : L’impasse politique en Israël, avec la dissolution de la Knesset, le Parlement israélien, la nuit dernière.

GN : À l’origine de cette nouvelle crise politique, l’alliance impossible entre le Premier ministre Benyamin Netanyahu et son rival Benny Gantz, le leader du parti Bleu Blanc. Leur union forcée a donc duré huit mois à peine. Leur coalition vole en éclats et cela ouvre la voie à de quatrièmes élections législatives, en moins de deux ans. Le scrutin se tiendra en mars prochain. À Jérusalem, Sami Boukhelifa.

L’État hébreu champion du monde des élections. Depuis 1996, les Israéliens se rendent aux urnes en moyenne tous les deux ans et demi. Un exercice démocratique, certes, mais surtout le signe d’une profonde instabilité politique qui mine le pays. 1996, c’est aussi la première fois que Benyamin Netanyahu accède au pouvoir. Pour certains observateurs israéliens, le lien est tout établi. Au printemps dernier pourtant une lueur d’espoir. Après trois scrutins en l’espace de quelques mois, le Likoud du Premier ministre Benyamin Netanyahu et Bleu Blanc de son adversaire politique Benny Gantz forment un gouvernement « d’union et d’urgence ». Deux conditions à cette nouvelle alliance : le Parlement doit voter un budget unique pour 2020 et 2021. Et les deux leaders doivent se partager successivement le poste de Premier ministre. Aucun de ces deux engagements n’a été tenu finalement. Et désormais, c’est l’inconnu. Le début d’une nouvelle campagne électorale. Le paysage politique israélien est complètement fragmenté et aucune majorité ne se dégage selon un sondage qui vient de paraitre. Sami Boukhelifa, Jérusalem, RFI.

CP : Jimmy Lai libéré sous caution à Hong Kong.

GN : Le patron de presse pro-démocratie et particulièrement critique du parti communiste chinois avait été placé en détention provisoire, il y a deux semaines, en vertu de la nouvelle loi de sécurité nationale chinoise. C'est une décision inattendue de la Haute Cour, immédiatement contestée par les procureurs. Les détails avec notre correspondante sur place, Florence de Changy.

C’est contre son passeport et une caution de 10 millions de dollars hongkongais, soit un peu plus d’1 million d’euros que le juge de la Haute Cour, Alex Lee, a autorisé Jimmy Lai à être libéré. Jimmy Lai ne pourra toutefois pas s’exprimer publiquement ni utiliser les médias sociaux. Il sera assigné à résidence chez lui, sauf pour se présenter à la police, trois fois par semaine et ce normalement jusqu’à la date de son procès prévu en avril. La décision est d’autant plus surprenante que les tribunaux de Hong Kong ont refusé la liberté provisoire à Jimmy Lai à deux reprises, récemment, y compris alors qu’il était inculpé pour fraude, une charge qui avait semblé avoir été mise au point sur mesure pour mettre Jimmy Lai en prison - en attendant qu’une inculpation plus lourde, de collusion avec des pouvoirs étrangers sous la nouvelle loi sur la sécurité nationale, ne soit prête, ce qui fut le cas le 11 décembre. Autre raison d’être surpris, le juge qui a rendu cette décision fait partie des juges choisis par la cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, pour suivre l’application de la loi de sécurité nationale. Dès lors, on s’attendait à ce qu’il confirme le refus de libération sous caution. Mais n’en déplaise au gouvernement et à Pékin, Jimmy Lai est à nouveau un homme libre, au moins provisoirement. Florence de Changy, Hong Kong, RFI.

CP : La fin de l'isolement pour le Premier ministre français.

GN : Jean Castex, mais aussi le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, tous deux cas contact d'Emmanuel Macron, ont mis fin mercredi à leur période d'isolement après avoir été testés négatif au Covid-19. Ils avaient été déclarés cas contact à la suite d'un dîner, le 16 décembre, avec le chef de l'État testé ensuite positif au coronavirus. Le président reste isolé à Versailles et son état présente des signes d'amélioration indique le palais de l'Élysée.

CP : Fermeture maintenue pour les lieux culturels en France.

GN : Le Conseil d'État, plus haute juridiction administrative française, le confirme aujourd'hui en raison de la situation sanitaire en France. Théâtres, cinémas, salles de spectacle et musées resteront donc fermés au moins jusqu'au 7 janvier. Mais le juge donne aussi de l'espoir en expliquant que les lieux culturels sont associés aux libertés fondamentales, comme la liberté d'expression et la liberté d'entreprendre.

CP : Le probable retour de Raymond Domenech sur un banc de touche.

GN : L'ancien sélectionneur de l'équipe de France de football est pressenti pour devenir l'entraîneur du FC Nantes, actuellement en difficulté sportive de ligue 1. Raymond Domenech n'a plus été sur un banc depuis 2010 et la célèbre grève des joueurs à Knysna pendant la Coupe du monde en Afrique du Sud. Depuis, Raymond Domenech s'était reconverti en consultant sportif.

Article publié le 23/12/2020

RFI - Radio France Internationale