Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 26/08/2020 20h00

Transcription

Adrien Delgrange : À l’écoute de Radio France Internationale, il est tout juste 20h en temps universel, 22h à Paris. Bonsoir à tous, ravi de vous retrouvez pour votre Journal en français facile présenté ce soir en compagnie de Zéphyrin Kouadio, bonsoir. 

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Adrien, bonsoir à toutes et à tous. 

AD : Dans cette édition du 26 août : 
- à la recherche de gaz et de pétrole au fond de la mer Méditerranée. La tension monte aujourd’hui, nous avons pu apercevoir des bateaux turcs et américains patrouiller ensemble tandis que la Grèce, Chypre, la France et l’Italie se sont mis d’accord pour déployer elles aussi une présence commune en mer Méditerranée. 
- Nous irons aux États-Unis dans ce journal où à Kenosha la manifestation anti-raciste a tourné au drame, 2 personnes ont été tué par balle. Par ailleurs, l’ouragan Laura se renforce en catégorie 4 et menace désormais les côtes américaines. 

ZK : À la Une également Adrien, le Pérou où le personnel de santé se met en grève, en grève générale, pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail. 

AD : Et puis le coronavirus en France, alors que plus de 5 000 personnes ont été contaminées ces derniers 24h au Covid-19, « la France a tenu le choc ». Ce sont les mots aujourd’hui du Premier ministre Jean Castex sur la gestion de la pandémie par les autorités françaises. 
Voilà pour les titres, soyez les bienvenus.

------

ZK : La mer Méditerranée, théâtre de nombreuses manœuvres militaires.

AD : Après l’annonce de la France ce matin qui précise la présence de trois avions Rafale, une frégate et un hélicoptère pour les exercices militaires communs avec Italie, la Grèce et Chypre. Ankara à son tour montre les muscles aujourd'hui. La Turquie s'est montrée aux cotés de navire américain avec comme but de chercher du gaz ou du pétrole au fond de la mer Méditerranée. Anissa El Jabri.

Trois avions Rafale, une frégate et un hélicoptère, c’est la participation de la France à ces exercices militaires conjoints. C’est Florence Parly qui a fait l’annonce ce matin. La ministre des Armées qui a aussi lancé cet avertissement à la Turquie. « La Méditerranée orientale ne doit pas être un terrain de jeu des ambitions de certains, c'est un bien commun ». Discours martial et très hostile du président Erdogan quelques heures à peine plus tard « la Turquie ne fera "aucune concession" pour défendre ses intérêts gaziers. Elle prendra ce qui lui revient de droit ». La manne gazière sous les eaux aiguise les appétits des pays frontaliers, c’est aussi une ressource d’importance majeure pour le chef de l’État turc à la tête d’n pays en proie aux difficultés économiques. L’Allemagne qui préside l’union européenne ce semestre a bien tenté une médiation hier lors de cette journée à Athènes puis à Ankara. Le ministre des Affaires étrangères allemand a surtout à nouveau fait connaître sa grande inquiétude. « La moindre étincelle peut conduire à une catastrophe » a dit Heiko Maas. Ça fait déjà des semaines que des avions militaires grecs et turcs se frôlent au-dessus des îles de la mer Egée.

AD : Et puis « La Grèce se dit prête à une désescalade significative à condition que la Turquie arrête immédiatement ses actions de provocation, a déclaré mercredi soir le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis au président américain Donald Trump, lors d'un entretien téléphonique.

ZK : Aux États-Unis, deux personnes tuées par balle la nuit dernière dans une manifestation à Kenosha.

AD : Cette ville dans l'État du Wisconsin a été le théâtre d'une troisième soirée de rassemblement après la mort d'un Afro-Américain Jacob Blake, tué par des policiers. L'origine de la mort des deux manifestants n'est pas connues mais plusieurs médias américains rapportent des confrontations entre manifestants et un groupe d'hommes membres d'une milice armée qui patrouillait la ville. Le gouverneur adjoint du Wisconsin, Mandela Barnes, se dit choqué.

« La nuit dernière nous avons été témoins de milices qui ont pris les armes et qui ont décidé de régler la situation à leur façon. Ce genre d’incidents rappelle Donald Trump qui a fait réprimer les manifestants devant la Maison Blanche et qui a même envoyé des chiens pour les disperser. C’est ça le message qu'envoi la présidence sur la manière de gérer des gens qui s’élèvent contre l’injustice raciale, des gens qui demandent une Amérique soucieuse de toute la population. Cela me brise le cœur de savoir que des gens qui souhaitent un pays plus sûr pour eux et leurs enfants ont été les cibles des tirs de milices. Je ne connais pas le tireur, je ne connais pas ses orientations politiques ni le groupe auquel il appartient. Mais ce que nous savons d’ores et déjà c’est que ce genre d’agissements n’est pas découragés par certains de nos dirigeants ».  

ZK : Avec une vitesse des vents qui peut atteindre les 220 km/h, l'ouragan Laura se rapproche des côtes américaines.

AD : Il est considéré par les météorologues comme « extrêmement dangereux », l’ouragan est passé en catégorie 4 (sur une échelle de 5), il menace désormais les côtes américaines du Texas et de la Louisiane sur le Golfe du Mexique. 

ZK : En Amérique du Sud, au Pérou, alors que le pays fait face à un nombre toujours croissant de cas de coronavirus le personnel soignant entame une grève nationale de 48h.

AD : Des aides-soignants, des infirmiers, des médecins qui répondent à l’appel de la Fédération médicale péruvienne pour dénoncer depuis des mois des conditions de travail déplorables. Les explications de notre correspondante à Lima, Wyloën Munhoz-Boillot.

Plus de lits, de masques, d’oxygène, de médicaments… La liste des revendications des grévistes est la même depuis des mois. La Fédération médicale du Pérou avait d’ailleurs déjà prévu une grève mi-juillet, mais cette dernière avait été annulée après des promesses faites par le gouvernement péruvien, comme l’explique le président de la fédération, Godofredo Talavera. « Le Premier ministre et le ministre de la Santé d’alors s’étaient engagés à répondre à nos principales demandes, dont la hausse du budget santé, mais il se sont moqués de nous. » Fin juillet, le président péruvien Martin Vizcarra a annoncé pour 2021 un budget santé qu’il a lui-même qualifié d’historique : 20 milliards de soles, soit 5 milliards d’euros. De la poudre aux yeux, selon Godofredo Talavera. « On va passer à 2,5 % du PIB alloué à la santé, mais ce n’est rien. Nous réclamons un budget d’au moins 5 % du PIB. » En effet, le budget santé péruvien reste l’un des plus bas d’Amérique latine, et se situe largement en dessous des recommandations de l’OMS. Résultat, au plus fort de la pandémie, c’est le personnel médical, en première ligne, qui en subit les conséquences. « Il n’y a plus d’équipements de protection, les internes ne sont pas payés et la prime promise au personnel médical n’a pas été versée. » À travers ce mouvement de grève, les professionnels de santé espèrent provoquer un sursaut des autorités sanitaires, alors que le Pérou est en passe de devenir le pays du monde avec le plus fort taux de mortalité lié au coronavirus.

ZK : Les conséquences du coronavirus suite à l'augmentation du nombre de contamination au Covid-19.

AD : L'Ukraine décide de fermer à nouveau ses frontières aux étrangers pour une durée de 30 jours, cette mesure entrera en vigueur à minuit ce soir, heure locale.

ZK : Paris Zone Rouge pour la Belgique.

AD : Ce qui veut dire que le ministère belge des Affaires étrangères ajoute la capitale française à sa liste des destinations européennes qui ne sont plus autorisées, à moins de se soumettre au retour à un dépistage du coronavirus, voire à une période d'isolement.

ZK : Enfin les derniers chiffres du coronavirus en France.

AD : Plus de 5 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon les données fournies mercredi par Santé publique France.

ZK : Jean Castex était à l'université d'été du Medef aujourd'hui et a parlé du coronravirus.

AD : Le Premier ministre français invité de ce rendez-vous qui rassemble des chefs d'entreprises avant la rentrée de septembre. Dans son discours, le chef du gouvernement s'est satisfait de la gestion de la crise du coronavirus par les autorités.

Article publié le 26/08/2020

RFI - Radio France Internationale