Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 28/12/2020 20h00

Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI, il est 21h à Paris, 20h en temps universel.
Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Vincent Dublange. Bonsoir Vincent

Vincent Dublange : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la Une ce soir, la bourse de New York en hausse après la signature par Donald Trump du plan de relance de l'économie américaine. Un plan doté de 900 milliards de dollars, il doit aider les ménages et les petites entreprises très fortement touchées par la pandémie de coronavirus.

VD : La mort de trois militaires français au Mali. C'est la présidence française qui l'annonce ce soir. Leur véhicule blindé a été touché par un engin explosif dans la région de Hombori dans le centre-est du pays.

RA : La pandémie de coronavirus et les campagnes de vaccination qui se poursuivent en Europe. Après la France et l'Espagne hier, le coup d'envoi a été donné aujourd'hui en Belgique auprès de résidents de maisons de retraite.

VD : Enfin en Chine, l'ouverture aujourd'hui du procès de dix militants pro-démocratie de Hong Kong. Ils avaient tenté de fuir le territoire par la mer. Inquiétude de la communauté internationale alors que la Chine a durci le ton suite à l'adoption de la loi sur la sécurité nationale.

----

VD : De nombreuses questions ce soir quelques heures après la ratification par Donald Trump du plan de relance de l'économie américaine.

RA : Ratifier cela veut dire approuver. Le président sortant a donc ratifié ce texte qui prévoit 900 milliards de dollars d'aide pour les ménages et les petites entreprises. Mais beaucoup estiment que ce plan arrive trop tard dans un pays touché de plein fouet par la pandémie de coronavirus. Et, effectivement, les bénéficiaires vont devoir rester sans aides pendant plusieurs jours, les explications d'Agnieszka Kumor.

L'expiration de deux programmes d'assistance fédérale avait plongé 12 millions de personnes ayant perdu leur emploi à cause de la pandémie dans l'inconnu. Sans cet argent, elles n'ont souvent pas les moyens de s'acheter à manger, conserver un logement ou une voiture. Le retard pris par Donald Trump risquait de les précipiter dans la pauvreté. Le nouveau plan de relance prolonge donc jusqu'à mi-mars les allocations chômage versées aux demandeurs d'emploi. Des prêts garantis seront accordés aux entreprises. Des milliards de dollars d'aides destinées à soutenir notamment l'hôtellerie-restauration, les salles de spectacles, les exploitations agricoles, mais aussi le transport aérien. Le plan permet par ailleurs de prolonger le moratoire interdisant les expulsions de personnes ne pouvant payer leur loyer, suspend les saisies immobilières et prévoit des fonds pour la distribution des vaccins anti-Covid. Dans la foulée, Donald Trump a signé la proposition de loi de financement de l'État fédéral. Ce qui devrait permettre d'éviter la fermeture des services publics, le fameux « shutdown ».

RA : Et à noter le soulagement de la bourse de New York après que Donald Trump a finalement signé le plan d'aide à l'économie américaine. Wall Street évoluait à l’ouverture en nette hausse à l'ouverture.

VD : On apprend ce soir la mort de trois soldats français au Mali.

RA : Il s’agit d’une annonce de la présidence française. Ils ont été tués en opération dans la région de Hombori dans le centre-est du pays. Non loin de la frontière avec le Burkina Faso. Leur véhicule blindé a été touché par un engin explosif. Les trois hommes appartenaient au 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse dans l'est de la France. Dans un communiqué le président Emmanuel Macron exprime son entière confiance aux militaires français déployés au Sahel, salue leur courage et rappelle la détermination de la France à poursuivre la lutte contre le terrorisme.

VD : La pandémie de coronavirus à présent. Et un nouveau cap franchi aujourd'hui en Espagne.

RA : Un triste cap, la barre des 50 000 morts a été atteinte ce lundi avec officiellement 50 122 décès. L'Espagne est le quatrième pays le plus touché en Europe en nombre de décès, après l'Italie, le Royaume-Uni et la France. Mais dans ce tableau noir voici un espoir : la vaccination a débuté hier en Espagne. Pour le moment, cela se passe dans la ville de Guadalajara, située non loin de Madrid, où chaque semaine désormais 350 000 personnes vont être vaccinées. Retour sur la tout première vaccination. C'est un reportage de François Musseau.

Elle s’appelle Araceli Rosario Hidalgo, elle a 96 ans, et elle vit dans une maison de retraite à Guadalajara. C’est la première personne à être vaccinée en Espagne contre le coronavirus. La première d’un grand nombre de personnes âgées et d’aides-soignants, les deux principales populations qui en priorité recevront le vaccin dans le pays. L’immense majorité des Espagnols approuvent cette campagne. À l’instar de Pedro, qui travaille dans les bâtiments et travaux publics : « Eh bien, je crois qu’on va devoir se vacciner. Je pense que les mesures prises sont bonnes. Les distances de sécurité, les masques, faire très attention et la vaccination. » Il y a aussi des personnes qui se montrent très méfiantes et pensent que cette campagne est surtout un spectacle pour tranquilliser les esprits. Ils seraient 15% de la population, selon les sondages. Dont Maria José, fonctionnaire : « Pour moi, ce n’est que publicité orchestrée par le gouvernement. Moi, je ne crois rien de tout cela ! » Mais, on l’a dit, l’essentiel des gens sont persuadés que ce vaccin est le début de la fin du tunnel et de toutes ses souffrances depuis l’apparition du coronavirus en février dernier. Et ce, même si le ministre de la Santé Salvador Illa recommande à tous de ne pas relâcher l’attention et les gestes-barrières. Dans le but, souligne-t-il, d’éviter une troisième vague. François Musseau, Madrid, RFI.

RA : Après l'Espagne et d'autres pays européens, la Belgique a lancé aujourd'hui sa campagne de vaccination, auprès de résidents de maisons de retraite.

Et puis le coronavirus en France, demain mardi se tiendra un conseil de défense alors que la situation en France fait craindre la perspective d'un troisième confinement de la population.

VD : Et puis, la pandémie de Covid qui peut parfois créer des situations inédites.

RA : Comme ce qui s'est passé à Verbier, station de ski située en Suisse, et où des dizaines de touristes britanniques ont quitté leur chambre d'hôtel en pleine nuit. Ils ont ainsi voulu échapper à la quarantaine imposée par la Suisse à tous les voyageurs en provenance de la Grande-Bretagne. Précisions à Genève de Jérémie Lanche.

C'est en voyant les plateaux-repas restés intacts devant les chambres, que les hôteliers de Verbier ont compris que leurs clients n'étaient plus là. La station est très prisée des touristes britanniques. Ils représentent plus de 20% de la clientèle. Une clientèle qui n'a visiblement pas voulu rester confinée pendant dix jours. Comme l'ont demandée les autorités, qui ont par ailleurs suspendu les liaisons aériennes avec le Royaume-Uni, mais aussi avec l'Afrique du Sud. Des vols retour ont tout de même été mis en place. Quelques 10 000 personnes seraient concernées par cette quarantaine. Mais impossible de savoir combien sont effectivement repartis. Ou s'ils ont simplement changé de station, voire de pays. La France demande à tous les voyageurs qui reviennent des stations de ski suisses de présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures pour pouvoir rentrer sur le territoire. Jérémie Lanche, Genève, RFI.

VD : En Chine, l'ouverture aujourd'hui du procès de dix militants pro-démocratie de Hong Kong.

RA : Leur arrestation au mois d'août avait fait grand bruit, ils avaient tenté de fuir Hong Kong en hors-bord, c'est un bateau électrique très rapide. Près de cinq mois plus tard, ils sont donc jugés depuis ce lundi à Shenzhen. Ils sont accusés de passage illégal de la frontière. Et la communauté internationale voit d'un très mauvais œil ce procès qui intervient six mois après l’adoption de la loi sur la sécurité nationale. Jelena Tomic.

Le 23 août, douze hommes sont interceptés en mer alors qu’ils tentent de fuir Hong Kong pour rejoindre Taïwan. Accusés de passage illégal de la frontière, sur les dix prévenus, deux risquent jusqu’à sept ans de prison pour avoir organisé la fuite du groupe. Deux autres, mineurs au moment des faits, seront jugés séparément à une date encore inconnue. Certains des prévenus sont également poursuivis pour avoir participé aux immenses manifestations pro-démocratie qui ont secoué Hong Kong l’an dernier. Le procès se tient à huis clos. Aucun journaliste étranger n’a pu accéder à la salle d’audience, prétendument faute de place, tout comme les diplomates d’une dizaine de pays occidentaux dont la France. L’ambassade des États-Unis à Pékin a demandé la libération immédiate des douze militants, en affirmant que « leur seul crime est d’avoir fui la tyrannie ». Un commentaire qui a provoqué l’ire de Pékin qui a exhorté Washington à arrêter toute ingérence dans les affaires intérieures du pays.

VD : Enfin en sport, du handball : le Paris-Saint-Germain ne disputera par la finale de la Ligue des Champions.

RA : Les Parisiens ont été battus ce soir par les Espagnols du FC Barcelone 37 à 32. Ce match était un clin d'œil au football puisque le PSG doit affronter le FC Barcelone, également en Ligue des Champions, en huitième de finale, les rencontres sont prévues les 16 février et 10 mars prochains.

C’est ainsi que s’achève ce Journal en français facile.

Article publié le 28/12/2020

RFI - Radio France Internationale