Cliquez sur le logo pour apprendre le français

 

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 30/08/2020 20h00

Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 18h en temps universel, 20h ici à Paris, bienvenue dans votre Journal en français facile. 
- Nous commencerons par du football. Ce soir se disputait la finale de la Ligue des Champions. L'équipe féminine de l'Olympique Lyonnais affrontait les Allemandes de Wolfsburg. Et la coupe est restée en France.
- Des dizaines de milliers de personnes ont de nouveau défilé ce dimanche en Biélorussie pour contester la réélection du président Loukachenko. À Minsk les forces de sécurité étaient déployées en masse et ont effectué de nombreuses arrestations.
- Aux États-Unis, protestations de l'opposition démocrate après la décision de la Maison Blanche de ne plus laisser ses élus assister aux réunions portant sur la sécurité de l'élection présidentielle.
- Et puis en Inde le suicide d'un célèbre acteur de Bollywoood continue de susciter les passions et à occuper l'espace médiatique, au détriment des autres sujets dont l'épidémie de Covid-19 qui fait toujours rage dans le pays.

------

AD : Et l'on retrouve tout de suite Frédéric Suteau, du service des sports de RFI. Frédéric, l'équipe féminine de l'Olympique Lyonnais est un peu plus entrée dans l'Histoire du football ce soir. Elle a de nouveau remporté la Ligue des Champions.

[Transcription manquante]

AD : Frédéric Suteau.
La mobilisation n'a pas été aussi forte que le week-end dernier, mais des dizaines de milliers de personnes ont encore défilé ce dimanche en Biélorussie. Le rassemblement le plus important s'est tenu dans la capitale, Minsk, et les slogans demandant le départ du président Loukachenko ont de nouveau retenti malgré une forte mobilisation policière. Eliott Brachet

La manifestation a commencé sous tension. Les forces spéciales de la police ont arrêté de nombreux manifestants avant même qu’ils n’atteignent le centre-ville de Minsk. D’imposants cordons de policiers anti-émeutes ont barré les grands axes, empêchant le cortège de prendre forme. La place de l’Indépendance a été bouclée par des barrières en métal et est cernée de véhicules militaires et de canons à eau. Le pouvoir montre les dents depuis ce matin avec cet important dispositif policier. Le ministre de l’Intérieur avait prévenu les manifestants : la marche du jour ne serait pas autorisée. Pourtant parmi les dizaines de milliers de Biélorusses qui défilent tant bien que mal dans les rues de la capitale, certains sont venus de loin, à l’appel de l’opposition. Les étudiants sont aussi au rendez-vous, ils sont de retour à Minsk à quelques jours de la rentrée. C’est aussi un jour spécial pour le président Loukachenko, c’est son anniversaire et les manifestants ne manquent pas de lui souhaiter, arborant les couleurs rouge et blanc de l’opposition. Le président contesté a reçu ce midi un appel de Vladimir Poutine, se félicitant du renforcement de l'alliance entre les deux pays d’après un communiqué du Kremlin. Les deux hommes vont se rencontrer dans les jours qui viennent à Moscou.

AD : À noter que plus de 300 sportifs de haut niveau, dont plusieurs médaillés olympiques et membres d'équipes nationales, ont dénoncé dimanche dans une lettre ouverte le trucage des votes lors de l'élection présidentielle du 9 août et menacent de ne plus répondre aux convocations de leurs équipes nationales.
Côté diplomatique, la France a dénoncé la suppression des accréditations de journalistes de médias étrangers par le pouvoir biélorusse. L'Allemagne va de son côté convoquer l'ambassadeur biélorusse à Berlin pour évoquer cette décision jugée inacceptable par le gouvernement allemand.

L'Allemagne où une forte émotion règne après la tentative de militants néo-nazis de s'introduire dans le Parlement hier en marge de la manifestation des anti-masques. Près de 40 000 personnes ont défilé pour dénoncer les mesures sanitaires prises par les autorités dont des groupes ultra-radicaux. La tentative des Néo-nazis est « insupportable » selon la ministre de la Justice Christina Lambrecht. L'incendie du Reichstag en 1933 avait été un moment fondateur du régime nazi.

Cette nouvelle illustration des tensions entre la Turquie et les pays européens. Le président turc Recep Tayip Erdogan a qualifié de « cupides et incompétents » les dirigeants français et grecs. La Turquie mène actuellement des manœuvres militaires dans l'Est de la Méditerranée alors qu'Ankara et Athènes se dispute des eaux territoriales dont les sous-sols pourraient abriter d'importantes ressources en gaz naturel. Paris a dénoncé les ambitions turques dans la région.

Une polémique de plus autour de l’élection présidentielle aux États-Unis. Le chef du renseignement a annoncé hier qu’il ne présenterait plus directement aux membres du Congrès ses rapports sur la sécurité autour de l’élection. Une honte selon les Démocrates. Les explications de Loubna Anaki à New York.

La décision a tout de suite provoqué la colère des parlementaires démocrates. S’ils continueront bien à recevoir des rapports écrits, ils ne pourront plus poser de questions directement aux rapporteurs qui se présentaient devant eux jusqu’à présent. Nancy Pelosi parle de violation grave de la transparence autour de la sécurité de l’élection présidentielle et d’éventuelles ingérences étrangères. Sur CNN ce matin, Adam Schiff, le président de la commission du Renseignement à la Chambre des représentants, a accusé l’administration Trump de vouloir cacher la vérité au peuple américain. « Quand vous pouvez vous cacher derrière des documents, ou ne pas transmettre des documents et ne pas avoir à répondre à des questions à ce sujet, vous pouvez cacher la vérité. Et dans ce cas, cacher la vérité, c’est cacher que les Russes interviennent encore pour aider le président dans sa réélection. » Le directeur du renseignement lui, justifie sa décision par je cite une nécessité de protéger les sources et les informations sensibles d’éventuelles fuites. Ce n’est pas la première fois que l’administration Trump accuse les démocrates de faire fuiter des informations dans la presse. Dans un nouveau tweet ce weekend, le président américain a encore répété ces accusations, sans apporter de preuve.

AD : Les États-Unis toujours où un homme a été tué par balles à Portland hier. Depuis des semaines des manifestations de soutien au mouvement Black Lives Matter se tiennent dans cette ville de l'Ouest du pays. Hier, des heurts ont eu lieu entre militants antiracistes et partisans de Donald Trump. C'est l'un de ces derniers qui aurait trouvé la mort mais sans que les autorités puissent encore déterminer les circonstances de son décès.

En Inde, c'est la mort d'une star de Bollywood qui suscite toutes les interrogations. Il y a deux mois et demi, Sushant Singh Rajput s'est apparemment donné la mort, mais sa famille accuse sa petite amie d'être à l’origine de son décès. Résultat, une affaire « feuilletonnée » par les télévisions indiennes jusqu'à en agacer certains qui s’agacent de l’espace médiatique accordé à ce fait divers en pleine pandémie. La correspondance de Côme Bastin.

Il a été retrouvé pendu le 14 juin dans une riche banlieue de Bombay. Pourtant deux-mois et demi après sa mort, l’acteur Sushant Singh Rajput continue d’occuper une grande partie de l’espace médiatique en Inde. En cause ? Des accusations, portées notamment par la famille de l’acteur contre sa petite amie Rhea Chakraborty. Celle-ci l’aurait manipulé, drogué et volé. Dernière sortie en date : celle de sa femme de ménage, qui affirme que Rhea Chakraborty pratiquait la magie noire. Sushant Singh Rajput a-t-il été poussé à l’acte ? A-t-il été assassiné ? L’affaire a pris une telle tournure que le Bureau Central d’Enquête s’en est saisi depuis le 19 Août. 14 personnes sont concernées et son ex-petite amie a été interrogée aujourd’hui pour la quatrième fois. Beaucoup d’indiens se passionnent pour cette mort et une chasse aux sorcière à lieu contre Rhea Chakraborty sur Internet. Mais beaucoup dénoncent aussi des accusations sans fondement contre la jeune femme et une tempête médiatique injustifiée alors que l’Inde fait face à de bien plus graves problèmes. Ce samedi, le média en ligne The Wire a lancé un appel à la société et aux téléspectateurs indiens pour mettre fin à l’hystérie autour de la mort de Sushant Singh Rajput.

AD : L'Inde qui a enregistré ce dimanche près de 79 000 nouveaux cas de Covid-19, un record dans le pays.  
C'est la fin de ce Journal en français facile, excellente soirée à l'écoute de RFI.

Article publié le 30/08/2020

RFI - Radio France Internationale