Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 22/01/2021 20h00

Transcription

François Bernard : Merci d'écouter Radio France Internationale en direct de Paris où il est 21 heures. Bonsoir à tous, merci de nous rejoindre pour votre Journal en fran-çais facile. C'est Zéphyrin Kouadio qui va le présenter avec moi, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir François, bonsoir à toutes et à tous.

FB : Dans l'actualité de ce vendredi 22 janvier 2021, 4 hommes ont été condamnés à Londres pour la mort de 39 migrants vietnamiens retrouvés dans la remorque d'un camion en Angleterre en 2019.

ZK : En France, « un re-confinement est envisagé si la situation l'exige », déclaration du ministre de la Santé Olivier Véran.

FB : Un double attentat suicide à Bagdad revendiqué par le groupe État islamique.

-----

FB : Quatre condamnations ce vendredi au Royaume-Uni, dans l’affaire de la mort de migrants vietnamiens en 2019 : 39 migrants, retrouvés morts, enfermés dans un camion frigorifique.

ZK : Quatre personnes avaient été reconnues coupables en décembre dernier, elles ont été condamnées aujourd’hui à des peines allant de 13 à 27 ans de prison.

FB : Le procès a révélé des détails qui font frémir Christophe Paget.

« Je ne vais pas pouvoir m’occuper de vous. Je n’arrive pas à respirer. Je vous sou-haite une bonne vie » : c’est le message glaçant qu’un des migrants vietnamiens a laissé à ses proches. Il a été diffusé il y a deux semaines lors du procès des trafi-quants. Plusieurs peines ont été prononcées aujourd'hui, entre autres celles des deux hommes accusés d’être les organisateurs de ce trafic, des peines que le juge a voulues dissuasives : 27 ans de prison pour le roumain Gheorghe Nica et vingt ans pour le nord-irlandais Ronan Hughes. Le 23 octobre 2019, les corps de 31 hommes et huit femmes, dont plusieurs adolescents, avaient été découverts à l’arrière d’un camion, dans un port de la banlieue de Londres. Enfermés pendant au moins 12 heures, sans accès à l’air libre, ils étaient mort d’asphyxie, d’hypothermie, de chaleur aussi, avec des températures allant jusqu’à plus de 38 degrés. Beaucoup venaient de régions pauvres du Vietnam, et avaient déboursé jusqu’à 14 000 euros pour pas-ser du nord de la France à la Grande-Bretagne, avec un chauffeur au courant de leur présence. Et les deux chauffeurs qui devaient les acheminer ont écopé respecti-vement ce vendredi d'un peu plus de 13 ans et de 18 ans de prison. D’autres sus-pects ont déjà été condamnées au Vietnam, d'autres encore inculpées en France et en Belgique.

FB : L'Ocean Viking, le navire de SOS Méditerranée, a secouru 149 nouvelles per-sonnes au large de la Libye ce matin, quelques heures seulement après le sauve-tage de 119 personnes, a annoncé l'ONG.

ZK : Les rescapés, qui ont été retrouvés dans deux « embarcations en détresse ». Ils étaient « épuisés et transis par le froid », selon SOS Méditerranée, qui a ajouté que l'équipe médicale du navire les ont pris en charge.

FB : Le Premier ministre britannique Boris Johnson annonce que le variant du coro-navirus détecté dans son pays semble être non seulement plus contagieux, mais aussi plus mortel.

ZK : Pour les hommes âgés d'une soixantaine d'années, le risque de mortalité atteint 13 à 14 sur 1 000 avec le nouveau variant, contre 10 sur 1 000 avec la précédente forme de virus.

FB : En France, le ministre de la santé Olivier Véran n'a pas annoncé de nouvelles restrictions sur le territoire national mais l'ombre d'un nouveau confinement com-mence à planer.

ZK : L'arrivée du variant britannique fait craindre une augmentation des contamina-tions qui contraindrait l'exécutif à y recourir. Valérie Gas.

Emmanuel Macron n'a pas prononcé le mot confinement mais il a clairement mis en garde contre une dégradation de la situation sanitaire lors de son déplacement jeudi à l'Université Paris-Saclay en déclarant que les « prochaines semaines allaient être assez dures ». Le ministre de la Santé Olivier Véran a lui admis qu'un nouveau con-finement « deviendrait une nécessité absolue si la circulation du variant anglais aug-mentait de façon sensible ». La prudence est toujours de mise dans le gouverne-ment qui prend une nouvelle fois soin de montrer qu'il envisage tous les scénarios et prépare ainsi les Français à une éventuelle mauvaise nouvelle. Car la pression est forte notamment de la part de certains médecins qui préconisent un reconfinement rapide pour empêcher une flambée épidémique comme en Grande-Bretagne. L'exé-cutif a choisi de se laisser encore un peu de temps pour voir si l'extension du couvre-feu à 18h permettait d'éviter de recourir à un troisième confinement avec le risque d'être une nouvelle fois accusé d'avoir trop tardé. Mais la stratégie du gouvernement reste d'ajuster les décisions au plus près de l'évolution des chiffres (de la contamina-tion et des admissions dans les hôpitaux) dans l'intervalle les différentes options sont étudiées : le confinement des seules personnes fragiles ne semble pas privilégié (se-lon la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal),  reste le confinement des territoires les plus touchés ou le confinement général comme les fois précé-dentes.

FB : Les hôpitaux français ont recensé 649 nouveaux décès dus au Covid au cours des dernières 24 heures.

ZK : Le nombre de patients traités en réanimation s'établit à 2 902, soit 26 de plus que la veille. 

FB : La Belgique a décidé d'interdire à sa population les voyages non essentiels hors des frontières à compter de mercredi jusqu'au 1er mars.

ZK : L'Organisation mondiale de la santé et Pfizer-BioNTech ont annoncé un accord qui doit fournir 40 millions de doses du vaccin anti-Covid-19 aux pays défavorisé.

FB : La Hongrie est le premier pays à autoriser le vaccin russe.

ZK : Dans la nuit, un accord a été signé à Moscou entre la Hongrie et la Russie pour l’achat du vzaccin nommé Spoutnik.

FB : Le vaccin russe bénéficie d’une autorisation temporaire de 6 mois, bien qu’il ne soit pas encore reconnu par l’Agence européenne des médicaments. À Budapest, Florence La Bruyère.

Viktor Orban n’a cessé de critiquer la lenteur des livraisons de vaccin commandés par l’Union européenne. Nous n’avons pas d’autre choix que de chercher d’autres sources d’approvisionnements, a déclaré hier son chef de cabinet. Le vaccin russe n’a pas encore reçu le feu vert de l’Agence européenne des médicaments. Mais le gouvernement hongrois décide de la jouer solo. Il en a le droit. Car une directive eu-ropéenne de 2001 autorise les États membres à distribuer temporairement un médi-cament non autorisé en réponse à la propagation confirmée d’agents pathogènes et de toxines. Ce (vendredi) matin, à la radio hongroise, le Premier ministre a déclaré que les Hongrois qui veulent se faire vacciner pourront opter pour le vaccin qu’ils souhaitent. Les Hongrois ont le choix, a déclaré en susbtance Viktor Orban : se faire inoculer rapidement avec le vaccin russe ; ou plus tard, avec d’autres produits. Cela fait plusieurs mois que Viktor Orban les mérites de la recherche russe. Mais les Hongrois semblent réticents : seuls 7 % seraient prêts à choisir le vaccin russe.

FB : Pour conclure notre page Covid aujourd'hui sachez que l'entraîneur français du Real Madrid Zinédine Zidane a été testé positif, annonce faite par le club madrilène.

ZK : Dans la liste des célébrités emportées par cette maladie, s'est ajouté le nom du célèbre cascadeur Rémy Julienne, mort à l'âge de 90 ans.

FB : En Irak, le groupe État islamique a revendiqué le double attentat suicide perpé-tré hier matin, sur un marché bondé de la capitale irakienne.

ZK : 32 personnes sont mortes, et plus d'une centaine ont été blessées selon les derniers bilans transmis par les autorités.

FB : Cette attaque à Bagdad est la plus meurtrière que le pays ait connu depuis 2018.

ZK : Le point sur le situation avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wasser-mann.

Bagdad est aujourd'hui endeuillée et meurtrie. Cela faisait trois ans que les Irakiens n'avaient pas vécu une telle attaque en plein centre de leur capitale. Il y a quelques années, cela faisait partie de leur quotidien, mais depuis la défaite du groupe État islamique sur le plan territorial en 2017, les habitants de Bagdad s'étaient habitués à vivre sans la peur au ventre. L'onde de choc n'en a été que plus grande. Tel l'aveu d'une faille dans le dispositif de sécurité, le Premier ministre irakien n'a pas tardé à remanier le commandement des forces armées irakiennes. L'attaque intervient alors qu'une grande partie des forces de la coalition internationale ont été rapatriées ces derniers mois, en particulier les troupes américaines, qui sont passées de 5000 à 2500 dans le pays. Plusieurs experts estiment qu'une forte perte en terme de ren-seignements dû à ce retrait, pourrait être l'un des facteurs qui a conduit à cette at-taque. Difficile d'évaluer précisément la menace que représente l'organisation au-jourd'hui, mais pour sûr, cet attentat apparaît aujourd'hui comme un coup de force majeur des djihadistes dans le pays.

FB : La France a fait un grand pas vers les quarts de finale du Mondial de handball en Égypte en arrachant une victoire très difficile à l'Islande 28-26 ce soir dans la ban-lieue du Caire.
C'est la fin de ce Journal en français facile. Merci de l'avoir suivi et merci à vous Zé-phyrin de lui avoir prêté votre voix. On vous retrouve à 23h30 pour une nouvelle édi-tion d'Afrique soir.

ZK : Bonsoir à tous.

Article publié le 22/01/2021

RFI - Radio France Internationale